Fermer

Vivre plus sainement?

Grippe et rhume: 13 mythes hivernaux à l’épreuve des faits

Le manque de sommeil favorise-t-il la grippe? La vitamine C en protège-t-elle? Les femmes ont-elles effectivement froid plus vite que les hommes? Qu’y a-t-il derrière ces mythes à propos de la santé et quelques autres du même genre? iMpuls les a soumis à l’épreuve des faits.

Vrai: Bien que nous soyons tentés de considérer cela comme un préjugé. Et effectivement, il y a plusieurs raisons qui l’expliquent. La testostérone, une hormone mâle, fait que la musculature des hommes est plus développée que celle des femmes. Les muscles sont en permanence irrigués par la circulation sanguine et agissent comme un système de chauffage interne. L’organisme féminin, par contre, comporte une plus forte proportion de graisses. Les capitons sur le ventre, les jambes et les fesses ne produisent d’eux mêmes aucune chaleur. Bien qu’ils soient capables de maintenir la chaleur corporelle, les canons de la minceur font que les femmes font souvent un régime pour se débarrasser de cette couche isolante. En outre, chez les hommes, l’épiderme est plus épais, la perte de chaleur est donc moindre. La peau plus mince des femmes se refroidit plus vite parce que les vaisseaux sanguins se contractent plus rapidement, diminuant le flux sanguin. Par conséquent, leur cerveau reçoit plus tôt le message de refroidissement corporel.

Vrai: Les individus stressés en permanence tombent plus vite malades et mettent plus longtemps à guérir car l’adrénaline secrétée par l’organisme en plus grandes quantités sous l’effet du stress inhibe la production de cellules immunitaires. Le manque de sommeil affaiblit aussi les défenses immunitaires. Qui ne dort régulièrement que six heures ou moins est plus sensible aux refroidissements, comme l’ont montré différentes études. D’après des enquêtes statistiques, un faible manque de sommeil suffit déjà à affaiblir le système immunitaire. Les mécanismes responsables n’ont pas encore été élucidés.

Vrai: Les variations de température telles que celles supportées pendant une séance de sauna, une cure Kneipp ou une douche écossaise renforcent le système immunitaire. L’intense alternance entre chaud et froid a des effets positifs sur les voies respiratoires, le métabolisme, les vaisseaux sanguins et le cœur et peut même augmenter l’espérance de vie, comme l’a montré une étude de l’université de Finlande orientale. Les personnes souffrant de varices sévères ou d’autres maladies veineuses doivent cependant se montrer prudentes.

Vrai: C’est surtout aux personnes souffrant d’arthrose ou de rhumatismes que le froid hivernal pose des problèmes. Des spécialistes supposent qu’il faut en imputer la cause à un ralentissement du métabolisme. En cas de froid, l’organisme passe en mode urgence, privilégiant l’alimentation sanguine des organes vitaux, articulations et muscles n’étant servis qu’ensuite. En outre, le froid influe sur le liquide synovial, les articulations sont moins bien lubrifiées et les douleurs provoquées par le frottement augmentent. Cela gêne surtout les patients souffrant d’usure des articulations. En cas de rhumatismes inflammatoires, le froid sec des chambres froides peut apaiser les douleurs, ce que ne fait cependant pas le froid hivernal. Les spécialistes attribuent cela à l’humidité de l’air.

Faux: Bien que l’hiver soit la haute saison des rhumes et des grippes, ceux-ci ne sont pas déclenchés par le froid ni par un courant d’air, mais toujours par un germe pathogène. Quelquefois ce sont des bactéries, mais dans 95 pour cent des cas ce sont des virus, dont il existe des centaines d’espèces. 40 fois sur cent, ce sont des rhinovirus qui déclenchent un rhume classique, c’est-à-dire une infection grippale. Cela ne veut cependant pas dire qu’un rhume n’a jamais rien à voir avec le froid. Les scientifiques savent qu’environ 20 pour cent des individus sont en permanence porteurs de virus de refroidissement. Si nous avons chaud, notre organisme est capable de lutter efficacement contre ces virus. Si nous nous refroidissons, l’organisme est moins bien irrigué par la circulation sanguine car il essaie de se protéger ainsi contre le refroidissement, provoquant une réduction du nombre de cellules immunes dans les muqueuses, si bien que les virus grippaux peuvent se multiplier plus facilement.

Vrai: L’effet antalgique des oignons contre les douleurs auriculaires est légendaire. Utilisés précocement et correctement, ils peuvent faire des miracles. Ils ont un effet antiinflammatoire, analgésique et décongestionnant sur le tympan. Dans la plupart des cas, les douleurs auriculaires s’apaisent au bout d’une demi heure, si bien qu’il n’y a pas besoin d’avoir recours à des médicaments plus forts. Voici comment faire: hacher finement un oignon, le réchauffer légèrement au bain marie, en remplir un sachet en tissu ou un sachet à thé, l’appliquer sur l’oreille et le fixer avec un bandeau. Attention: les compresses d’oignon peuvent être très chaudes. Si les douleurs auriculaires persistent, il faut consulter un médecin.

Vrai: L’air sec chaud des habitations favorise les rhumes car il dessèche les muqueuses nasales, les privant de leur humidité. Les fins cils vibratiles des narines se collent, inhibant leur fonction de nettoyage et de protection. Cela permet aux virus du rhume et de la grippe de s’implanter et de se répandre via la région rhinopharyngée. Cela vaut aussi en été, pour les installations de climatisation. Comme elles assèchent l’air, elles favorisent aussi la multiplication des virus dans les muqueuses desséchées.

(Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Passer l’hiver en ayant chaud et en restant en bonne santé

Faux: La prise de vitamine C à titre préventif n’empêche en rien de contracter rhume ou grippe. D’après des études, cela n’a que peu d’influence sur la durée de la maladie, ne la raccourcissant que de très peu. C’est la même chose si quelqu’un est déjà victime d’un refroidissement et absorbe de la vitamine C pour se rétablir. Malgré tout, la vitamine C est importante pour notre organisme, car elle utilisée dans différents processus.

Vrai: Se laver les mains est l’alpha et l’oméga de la prévention et c’est l’une des mesures les plus efficaces pour se protéger du rhume et de la grippe. Plus de 80 pour cent des maladies sont transmises par les mains. Un lavage soigneux et régulier des mains diminue le risque que des virus et des bactéries pénètrent dans l’organisme par la bouche avec la nourriture ou par les muqueuses buccales, nasales ou oculaires. Il est recommandé de se laver les mains à l’eau chaude et au savon pendant 30 secondes.

Vrai, au moins en partie: l’exercice favorise le renforcement du système immunitaire et prévient ainsi contre les refroidissements. C’est vrai pour tous les types d’entraînement et surtout pour l’exercice d’intensité modérée comme par exemple la marche nordique, le vélo ou le jogging doux, mais aussi pour la danse ou la musculation légère en studio de fitness. Dans ce dernier cas, il faut être conscient que dans les lieux où l’on côtoie beaucoup de personnes, il y a aussi beaucoup de de virus. Il est donc conseillé de veiller à l’hygiène et de se laver soigneusement les mains.

Vrai: Une promenade quotidienne au grand air aide à se sentir mieux. En effet, le blues hivernal est déclenché par un déficit en vitamine D, dont la source principale est le soleil, car il aide l’organisme à la produire. Comme, en hiver, nous séjournons très souvent dans des locaux fermés, une carence en vitamine D peut survenir, entraînant de la fatigue. Nous avons plus de mal à nous concentrer, devenons irritables et ressentons le quotidien comme un poids. Une heure de promenade quotidienne, même par temps couvert, suffit déjà à lutter contre ce phénomène.

Faux: Ce mythe date des années 1970 et a depuis longtemps été réfuté. La plus grande partie de la chaleur est perdue par d’autres parties du corps. Il est vrai cependant que nous perdons d’abord de la chaleur par les parties exposées telles que mains, pieds, oreilles et nez. C’est pourquoi il est sage de porter une écharpe et un bonnet en hiver, tout comme, en plus du manteau d’hiver, des gants et des chaussures chaudes pour se protéger du froid.

Faux: En plein air, savourer un vin chaud en compagnie d’amis est certes convivial, mais cela ne réchauffe pas. L’alcool contenu dans le vin chaud dilate les vaisseaux sanguins, de sorte que la circulation sanguine irrigue davantage les mains et le visage. Il est vrai que nous avons ainsi l’impression passagère que le vin chaud nous réchauffe. Cependant, la température corporelle n’augmente pas. Au contraire: l’alcool refroidit l’organisme. Normalement, les vaisseaux sanguins se contractent quand nous avons froid. Nous pouvons ainsi mieux conserver la chaleur corporelle. L’alcool du vin chaud empêche cette forme de régulation, notre organisme ne peut plus équilibrer la température corporelle et dans le pire des cas, nous nous refroidissons.

de Susanne Schmid Lopardo,

publié le 06.12.2018


Cela pourrait également vous intéresser: