Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Prévenir et reconnaître un burn-out

Vous vous sentez à bout de force, physiquement et psychiquement, au travail ou dans votre vie privée? Dans ce cas, vous risquez un burn-out. Mais, si vous prêtez attention aux signaux émis par votre corps et tenez compte de certains points, vous pourrez peut-être l’éviter. Dans cet article, vous apprendrez ce qu’est un burn-out et comment le prévenir.

Définition du burn-out: qu’est-ce qu’un burn-out?

Le burn-out est un état de fort épuisement psychique, émotionnel et physique. Il finit par provoquer une baisse de performances, les personnes touchées «se consumant» littéralement.

Le Secrétariat d’État à l’économie SECO décrit le burn-out comme un état d’épuisement qui est l’aboutissement d’un long processus. Une forte charge de travail, conjuguée à un engagement intense et à un manque de phases de récupération, entraîne le surmenage. Si cet état perdure, il peut entraîner un épuisement psychique.

Les signes d’alerte du burn-out: comment reconnaître un burn-out?

Pour reconnaître et prévenir le burn-out, il est essentiel de savoir reconnaître les signaux d’alerte de son propre corps et de les interpréter correctement. Si vous vous reconnaissez dans plusieurs des points énoncés ci-après, vous risquez peut-être un burn-out. Parmi les signes typiques du burn-out, l’Institut de psychiatrie Max Planck mentionne les suivants:

  • Vous avez des problèmes de sommeil.
  • Vous continuez à travailler durant votre temps libre ou effectuez de nombreuses heures supplémentaires.
  • Vous négligez votre famille, vos amis et vos loisirs, et vous vous renfermez de plus en plus sur vous-même.
  • Votre système immunitaire est affaibli et vous tombez fréquemment malade.
  • Vous avez de plus en plus souvent des troubles de la mémoire et des problèmes de concentration.
  • Vous vous sentez constamment fatigué(e) et épuisé(e).
  • Vous êtes souvent irritable et vous vous énervez plus vite.
  • Vous avez tendance à devenir cynique et sarcastique.
  • Vous vous sentez dépassé(e) ou estimez que vos performances professionnelles sont insuffisantes.
  • Vous ne parvenez plus à récupérer suffisamment durant votre temps libre pour vous concentrer sur vos prochaines tâches.
  • Vous consommez des substances pour augmenter vos performances, telles que la caféine ou certaines drogues.

(Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En savoir plus sur le stress et le burn-out

Vers le dossier

Les symptômes du burn-out: comment le corps réagit-il?

Un burn-out fait souffrir non seulement sur le plan psychique, mais aussi sur le plan physique. Si les symptômes suivants apparaissent subitement, combinés à une importante charge de travail et de responsabilités, un burn-out est peut-être en train de s’installer. Voici quelques-uns des symptômes physiques connus cités par l’Institut de psychiatrie Max Planck:

  • maux de tête
  • troubles du sommeil
  • problèmes d’équilibre
  • problèmes gastro-intestinaux
  • palpitations

Prévenir le burn-out et réduire le stress

Certains de ces signes et symptômes vous sont familiers? Alors, agissez au plus vite afin d’éviter un burn-out. Des spécialistes, comme ceux du centre de psychiatrie de Lucerne, recommandent notamment les mesures de prévention suivantes.

  • Respectez vos besoins: dormez suffisamment et faites régulièrement des pauses, y compris une pause suffisamment longue à midi.
  • Mangez équilibré: les personnes stressées ont tendance à se nourrir de fast food et de plats préparés. À long terme, une mauvaise alimentation peut nuire au bien-être. Privilégiez les produits frais tels que les fruits et légumes et veillez à diversifier vos repas. Prenez le temps de manger en toute conscience. 
  • Certains spécialistes pensent que les vitamines du groupe B ont un rôle important dans le métabolisme cérébral. Une carence en vitamines du groupe B et en acide folique peut avoir une influence négative sur le métabolisme du cerveau et pourrait être une cause de burn-out. Une alimentation équilibrée ou des compléments alimentaires aident à assurer cet apport en vitamines.
  • Revoyez vos exigences et votre charge de travail: sont-elles encore réalistes? Fixez-vous des priorités en accord avec votre responsable et déléguez certaines tâches si nécessaire. Vos collègues, le service du personnel ou encore un service interne spécialisé pourront vous aider en cas de doute.
  • L’activité physique «aère» le cerveau: si vous restez couché(e) sur le divan, vos pensées auront de la peine à trouver le repos. Le sport et l’activité physique aident à se changer les idées. Par ailleurs, faire un peu de sport après le travail génère une bonne fatigue qui, la nuit, favorise un meilleur sommeil.
  • Éteignez votre portable: être toujours joignable est une source de stress et empêche de décrocher du travail. Éteignez votre smartphone professionnel après le travail pour séparer clairement travail et repos.
  • Relaxation rapide: exercices de respiration, yoga ou training autogène peuvent s’avérer efficaces pour réduire le stress. Dans notre article «Huit conseils qui aident à lutter contre le stress», nous vous proposons d’autres manières de réduire le stress de manière ciblée.

Qui est particulièrement menacé(e) par un burn-out?

Tout le monde ne court pas le même risque de souffrir d’un burn-out. Actuellement, on présume que des prédispositions psychiques combinées à une surcharge constante dans l’environnement professionnel sont les principaux déclencheurs du syndrome du burn-out. Selon l’étude «Le stress chez les personnes actives occupées en Suisse», un quart de la population suisse active avoue être souvent ou très souvent épuisée émotionnellement par le travail. Les personnes perfectionnistes, ambitieuses et ayant un sens aigu des responsabilités sont particulièrement en danger. Il leur arrive souvent d’assumer les tâches d’autres personnes. Elles essaient d’en faire trop par elles-mêmes.

Vous vous demandez si vous risquez un burn-out? Faites le test!

Parler du risque de burn-out à son médecin

Si aucune mesure n’est efficace et que vous craignez de souffrir d’un burn-out, n’hésitez pas à chercher de l’aide. Adressez-vous en premier lieu à votre médecin généraliste. Parlez-lui non seulement des symptômes exacts que vous éprouvez, mais également de la pression que vous subissez. Ainsi seulement, votre médecin pourra émettre un diagnostic correct. Si le problème est sérieux, il ou elle pourra vous mettre en arrêt maladie ou vous envoyer chez un ou une spécialiste pour traiter votre burn-out de manière professionnelle.

de Simone Ott,

publié le 29.12.2016, ajusté le 16.12.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner un an de courses pour Fr. 3’000

S'abonner
geschenk-icon.jpg