Fermer

Vivre plus sainement?

Comment reconnaître une addiction au téléphone portable et y remédier

Près de 10% de la population est accro au natel. Le spécialiste Franz Eidenbenz explique comment reconnaître une addiction et comment lutter contre l’utilisation excessive.

M. Eidenbenz, qu’est-ce qui caractérise une dépendance au téléphone mobile?

Lorsque le smartphone est plus important pour vous que le contact direct avec vos semblables dans le monde réel. En d’autres termes: lorsque ce n’est plus vous qui contrôlez l’appareil mais le téléphone qui vous contrôle.

Je passe chaque jour trois heures devant l’écran. Suis-je dépendant?

Non, la durée en elle-même ne constitue pas un critère de dépendance, sauf si le natel prend tellement de place que vous n’avez plus de temps à consacrer aux autres ou à d’autres activités. Il est très important de savoir comment vous utilisez votre téléphone portable et à quel point ce que vous faites est utile. Par exemple, si un individu visionne du porno pendant des heures et néglige les autres aspects de sa vie, on peut en déduire qu’il a un problème. En revanche, s’il fait quelque chose de significatif, ayant un lien direct avec sa vie, il n’est pas nécessairement dépendant.

Quels sont les symptômes typiques de l’addiction?

Lorsque le téléphone portable est toujours à portée de main dans certaines situations, comme quand l’on est à table ou que l’on participe à des discussions. Ou lorsque quelqu’un est agacé, voire devient agressif, s’il n’a pas la possibilité d’utiliser son téléphone portable. Ou lorsqu’il ou elle fuit sur son smartphone au lieu de discuter dans une situation conflictuelle. Si vous utilisez votre téléphone portable le matin dans le train, alors que vous ne parleriez de toute façon avec personne, ce n’est pas un problème.

La dépendance peut-elle toucher nimporte qui?

En principe oui. De nos jours, l’addiction au téléphone portable est toutefois davantage un problème auprès des adolescents. On constate une dépendance ou un risque chez 10% d’entre eux.

Les personnes plus âgées ne sont donc pas à risque?

Non, l’addiction au smartphone touche également les plus âgés. Chez eux, on ne le remarque toutefois pas, ou alors plus tard. Dans le cas des adolescents, ce sont généralement les parents qui réagissent, pour le bien de leurs enfants.

Y a-t-il des facteurs déclencheurs?

Les enfants et adolescents éprouvant des difficultés dans leurs relations avec les autres sont plus à risque. Nous constatons que la dépendance au téléphone mobile est souvent associée au TDAH, à la phobie sociale ou aux troubles du spectre de l'autisme. Ces adolescents se sentent plus à l’aise avec leur natel. Ils courent alors le risque de ne plus faire l’effort d’interagir avec les autres dans la vie réelle.

Dans les situations de crise où l’on se sent rejeté, le monde des smartphones est également tentant. Ici, les conflits sont absents. Si un problème apparaît dans le monde virtuel, la solution est on ne peut plus simple: on la supprime avec un clic.

Si les problèmes peuvent être si facilement «résolus» dans le monde virtuel, cela a alors un effet de rétroaction sur le monde réel...

Tout à fait. La persévérance et la patience nécessaires à la résolution des problèmes diminuent, la tolérance à la frustration s’effondre. Les solutions rapides sont quant à elles de plus en plus recherchées. Certains politiciens sont des exemples évidents: ils montrent qu’il est plus facile de publier un message sur Twitter et d’aborder un nouveau sujet que de clarifier d'anciens thèmes lorsque ceux-ci se compliquent. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Débrancher et oublier son smartphone pour un temps

Tout sur le sujet
Conseils contre l’addiction au téléphone portable

Votre objectif est de contrôler vous-même quand et à quelles fins vous utilisez votre téléphone portable. Voilà comment vous y prendre:

  • Revoyez la configuration de votre smartphone: facilitez l’accès aux applications utiles et pertinentes, supprimez les applications dangereuses et inutiles.
  • Désactivez les notifications, les pop-ups, les signaux sonores et les sonneries afin d’éviter les distractions.
  • Donnez la priorité aux contacts réels: l’appareil est tabou lorsque vous êtes en contact direct avec les amis et la famille.
  • Identifiez les facteurs déclencheurs qui vous poussent à utiliser le téléphone, tels que l’ennui, l’incertitude, le stress, etc. Trouvez des alternatives au smartphone: tolérez l’ennui et appréciez le temps qui passe, respirez profondément, prenez conscience de vos ressentis, occupez vos mains.
  • Utilisez votre montre et votre réveil pour éviter de consulter votre smartphone tout au long de la journée ou en premier juste après votre réveil.
  • Le soir, 30 minutes avant d’aller au lit, éteignez votre téléphone portable ou mettez-le en mode avion et nuit. Cela favorise un sommeil récupérateur.

Quelle est la différence entre la cyberdépendance et la dépendance au smartphone?

À cet égard, les différences sont de nos jours peu nombreuses. Bien souvient, la dépendance au smartphone ne peut plus être distinguée de la cyberdépendance. Aujourd’hui, nous accédons principalement à Internet avec des offres addictives via les téléphones portables. C’est un appareil susceptible d’entraîner une dépendance.

Quelles sont les dépendances numériques auxquelles vous êtes le plus souvent confronté?

Il existe quatre sortes de dépendance numérique: les jeux informatiques en ligne, les médias sociaux, la pornographie sur Internet ainsi que la consommation de séries et de vidéos sur Youtube.

Pouvons-nous tirer quelque chose de bénéfique de notre smartphone?

Bien sûr. Le téléphone portable est une invention fantastique, efficace et très pratique. Les deux mondes peuvent se compléter à la perfection, par exemple lorsque vous vérifiez un fait au milieu d’une discussion. S’il est utilisé correctement, il se révèle utile et extrêmement bénéfique. Il comporte toutefois des risques que nous devons apprendre à déjouer.

Que recommandez-vous à cet égard?

Protégez-vous des distractions constantes en configurant votre appareil différemment. Il est conseillé de désactiver ou de minimiser les pop-ups et les notifications. De plus, vous devriez donner la priorité aux événements réels, comme les conversations avec vos semblables ou vos propres enfants. Laissez la vraie vie vous détourner de votre téléphone portable et non l’inverse. Ne remplissez pas les temps morts avec votre natel. Considérez ces situations comme du temps supplémentaire qui vous est offert et apprenez à savourer les moments d’ennui comme des oasis de calme.

de Rüdi Steiner,

publié le 04.12.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner une carte annuelle de Fitness d'une valeur de Fr. 1420.-.

S'abonner