Le bien-être peut aussi être dans le ménage

Ménage de printemps - une obligation? Oh oui! Avec le bon état d’esprit, le ménage a un effet nettoyant à tous points de vue.

Katharina Zaugg

Katharina Zaugg (66 ans) est ethnologue, écrivaine et propriétaire de l’école de nettoyage écologique à Bâle (Putzschule). Elle est considérée comme la mère du ménage bien-être.

En ce moment, le ménage de printemps est au programme de centaines de milliers de foyers. Cela dit, beaucoup redoutent cette idée. Katharina Zaugg, la «mère du ménage bien-être», nous explique comment il peut en être autrement.

Qu’est-ce qui incite à faire le ménage?

La rage exacerbée de tout nettoyer au printemps dépend notamment de l’accroissement de l’énergie et de la joie de vivre qui nous gagnent avec la lumière du soleil plus intense. Ceci stimule la production hormonale, et suscite des sentiments printaniers, explique le neuropsychologue Lutz Jäncke (59 ans) de l’Université de Zurich.

Le neurotransmetteur qu’est la sérotonine a une influence importante ici. Selon L. Jäncke, la sérotonine peut agir comme un psychotrope. Cette substance a une influence importante ici. Grâce aux jours plus longs, elle est produite par le corps humain en quantités supérieures à la moyenne.

Selon L. Jäncke, la sérotonine peut agir comme un psychotrope. Lorsque les bourgeons éclosent à l’extérieur et que les couleurs se déploient, la sérotonine nous incite à un renouvellement complet de notre foyer.

Dans votre livre «Wellness beim Putzen» (ou «La forme grâce au ménage»), vous suggérez de faire de chaque journée de ménage une fête. Pourquoi le ménage doit-il être si formidable?

Le bien-être en faisant le ménage résulte de l’énergie et de la sollicitation de tous les sens. Lorsque je fais le ménage, j’utilise tout mon corps et je déplace mon poids. Le ménage ne doit pas être un récurage mécanique. J’en fais volontiers une séance de stretching et je nettoie avec tous mes sens: par exemple, je travaille avec des parfums de fleurs d’oranger, qui me rappellent les vacances d’été. Je me suis procurée à l’atelier de tissage Daniel Jenny des chiffons en coton dans 14 coloris différents. En même temps, j’écoute de la bonne musique ou des livres audio. C’est vraiment agréable!

Est-on plus efficace lorsque l’on fait le ménage seul?

Non. Dans mes exposés, j’insiste toujours sur le fait qu’il est beaucoup plus agréable de faire le ménage à deux ou trois, et de passer chaque mois d’un logement à un autre. On peut ainsi inclure également les enfants, qui, en fonction de leur âge, peuvent développer leurs compétences et leur motricité fine – par exemple en les laissant monter sous surveillance sur un escabeau, où ils peuvent vaporiser les vitres avec grand plaisir.

Qu’est-ce qui rend le ménage particulièrement agréable?

En tant que droitière, je prends volontiers le chiffon dans ma main gauche ou je frotte des deux mains, ce qui détend le cerveau. L’important ici est l’état d’esprit. Quand je me dis: «Pauvre de moi, je dois faire cela maintenant», c’est beaucoup plus difficile que lorsque je brise ce cercle vicieux de l’énervement et que je pense positivement.

«Qui n’a plus aucune crainte face au ménage, n’a plus peur de rien», dites-vous.

Exactement. Le ménage est bel et bien une confrontation à l’abîme, à la crasse. Lorsque je me promène avec un vaporisateur et un chiffon à la main, les gens me saluent avec moins de jovialité. Sous nos latitudes, le ménage est associé à de nombreuses vexations: à l’école déjà, il faut nettoyer les toilettes en guise de punition. Ceci est une erreur.

de Reto Wild


Cela pourrait également vous intéresser: