En cas de burnout, parler aide souvent

Le terme de burnout est sur toutes les lèvres. Mais que signifie-t-il exactement et surtout, comment sait-on si l’on est soi-même menacé? Un entretien peut nous y aider.

«Voulez-vous un verre d’eau?», demande gentiment Rita Müller. L’attitude sereine de la psychologue éveille la confiance. Un facteur qui n’est pas à négliger, car nous sommes au début de l’entretien Life-Balance qui fait partie de l’examen médical du Swiss Prevention Center au Centre de paraplégiques de Nottwil LU.

Bien que nous nous trouvions dans un bureau au sobre style high-tech, tout commence comme une discussion autour d’un café. La psychologue Rita Müller s’enquiert sur le quotidien de son interlocuteur. Le travail, les passe-temps, la famille et le cercle d’amis - pour la spécialiste du Life-Balance, ce sont les informations qui permettent de déterminer si la vie de son client est bien équilibrée.

«Une vie équilibrée est la condition sine qua non d’une bonne santé», explique-t-elle plus tard. «Une vie dont l’équilibre est perturbé est vouée au stress.» A court terme, ce n’est pas un problème. Un stress occasionnel est normal et généralement bien surmonté. Mais s’il nous accompagne en permanence, nous avons alors affaire à du stress chronique, qui est à la base d’un burnout et d’autres maladies liées au stress.

Les perfectionnistes et les accrocs au contrôle sont menacés

Au cours de l’entretien, Rita Müller essaie de déterminer ce qui, au quotidien, perturbe l’équilibre des participants au Life-Balance. Est-ce leur propre perfectionnisme qui les pousse à leurs limites? Un sens trop aigu des responsabilités? Des tensions avec le partenaire? Un mauvais climat au travail? Ou même tout à la fois, peut-être? Il n’y a généralement pas qu’un seul facteur qui soit responsable du stress. C’est toute une constellation qui entre en jeu. Certains traits de personnalité comme le perfectionnisme, par exemple, mais aussi le besoin de tout contrôler ou de toujours plaire aux autres, n’en sont qu’un aspect.

mann-gestresst-pc.jpg
mann-gestresst-pc.jpg

Sport als Ventil

Sportarten wie Yoga können bei der Stressbewältigung unterstützend wirken.

Sport als Ventil

Sportarten wie Yoga können bei der Stressbewältigung unterstützend wirken.

L’alcool n’est pas une solution

D’un autre côté, on trouve les influences externes comme la famille, les amis et le travail. «Et que faites-vous pendant votre temps libre?», demande Rita Müller à son interlocuteur, un spécialiste informatique, après avoir été informée de sa situation familiale et professionnelle. Ce dernier déclare jouer de la musique, retrouver chaque semaine ses amis et faire des randonnées, réponse qui semble satisfaire la psychologue. Tout cela ressemble à un bon équilibre. Mais elle dresse l’oreille lorsqu’elle entend qu’il a eu dernièrement plusieurs accidents de vélo. Les soirées entre hommes – comme elle finit par l’apprendre – sont souvent bien arrosées, et le retour en vélo à la maison – sans casque – devient un risque. «Boire et me détendre avec mes collègues me fait oublier le stress du quotidien», explique le participant au Life-Balance.

L’exercice physique déstresse

La spécialiste y voit les premiers symptômes de stress et pense que l’exercice physique comme le sport, le yoga ou les randonnées seraient une stratégie de détente plus appropriée que l’alcool, tout comme une séparation claire entre travail et temps libre. Le spécialiste informatique lit en effet ses e-mails après le travail et le week-end et il est constamment joignable sur son portable. Le fait d’être constamment sur le qui-vive l’empêche de se reposer durablement. Rita Müller lui conseille de débrancher son ordinateur et son portable à heures fixes. Par exemple le dimanche et le soir, après le dîner.

Une prévention importante

Une détection précoce des symptômes d’un burnout est déterminante pour que les personnes concernées puissent y remédier à temps. Cette maladie aujourd’hui très répandue n’échappe pas à l’adage: mieux vaut prévenir que guérir. Car, comme l’a montré l’expérience, une fois pris dans les engrenages du burnout, il est très difficile d’en sortir. Il faut parfois des années.

Publié le 29.05.2017,

de Simone Ott


Cela pourrait également vous intéresser: