Fermer

Vivre plus sainement?

Procrastination: pourquoi nous reportons des choses au lendemain

Dégivrer enfin le réfrigérateur n’est jamais plus important que lorsqu’il s’agit de remplir la déclaration d’impôts. Pourquoi donc reportons nous si souvent des tâches importantes? Et surtout: que faire pour lutter contre cette tendance?

Je ne peux faire du bon travail que sous pression. Demain, j’en ferai par contre deux fois plus. Pour écrire, il faut être d’humeur à le faire. Une fois que je me suis assis pour travailler, tout va très vite.

Ces phrases font-elles partie du répertoire avec lequel vous apaisez votre conscience? Une de celles que vous prononcez lorsque vous devriez en fait rédiger votre mémoire de fin d’études ou réparer la chasse d’eau, mais qu’au lieu de le faire vous regardez le dernier épisode de votre série préférée sur Netflix? Vous n’êtes pas seul(e) dans ce cas. Rares sont ceux qui ne se dérobent pas parfois à des tâches importantes mais contraignantes et font à la place quelque chose de plus facile et, au moins sur le moment, de plus agréable. Remettre à plus tard est humain.

Ce que nous reportons surtout volontiers

Écrire fait partie des activités que nous remettons très souvent à demain. C’est ce que dit la psychothérapeute Margarita Engberding, et elle sait de quoi elle parle. Il y a environ quinze ans, cette psychologue allemande a participé à la création de la consultation de procrastination à Münster, le premier centre de ce type en Allemagne, peut-être même au niveau européen.

Pourquoi donc justement l’écriture? Qu’il s’agisse d’un travail de séminaire ou d’un article de journal, d’un rapport d’expertise ou d’un compte rendu de projet, les textes nécessitent beaucoup de temps, une longue durée de concentration et de l’autocontrôle. Il faut rassembler et ordonner les matériaux les plus divers. Le travail est souvent complexe et de grande ampleur, et beaucoup de choses sont vagues et chargées d’incertitudes, surtout au début.

Mais il y a aussi, naturellement, d’autres tâches qui déclenchent l’envie d’aller d’abord au point de collecte du verre ou de faire une recherche sur Google pour savoir comment s’appelait déjà cet acteur qui jouait dans ce film. Le top 2 ici: la déclaration d’impôts et la préparation aux examens. Cela ne devrait être une surprise pour presque personne. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En savoir plus sur le travail et la santé

Tout sur le sujet

De la femme au foyer au professeur d’université

Bien que la recherche sur la procrastination se soit jusqu’à présent presque exclusivement concentrée sur les personnes ayant fait des études universitaires, ce ne sont pas seulement, loin de là, les diplômés de l’enseignement supérieur qui s’attellent trop tard à des tâches importantes. La procrastination est très répandue et concerne aussi bien les artisans que les femmes au foyer, les artistes que les entrepreneurs, comme le dit M. Engberding, qui a récemment publié un guide sur ce thème (en allemand) avec ses collègues Anna Höcker et Fred Rist. Les procrastinateurs sont souvent des individus qui ont eu autrefois peu de problèmes à l’école et ont réussi sans trop d’efforts. Ils n’auraient pas appris comment s’organiser pour passer un examen, rédiger un travail et gérer les frustrations quand quelque chose ne va pas. Mais heureusement, il n’est jamais trop tard pour l’apprendre aussi.

Cinq conseils contre la procrastination

  1. Pour commencer, concentrez-vous sur une seule tâche. Cela peut être la déclaration d’impôts, mais aussi le rangement du grenier ou une négociation salariale attendue depuis longtemps.
  2. Définissez les étapes les plus petites et les plus concrètes possibles que vous êtes capables de faire, par exemple réunir déjà tous les justificatifs pour la déclaration d’impôts.
  3. Fixez un moment précis, une durée claire et un endroit concret pour accomplir cette étape. Prévoyez également des pauses et respectez-les. Entretenez un petit rituel pour vous concentrer sur votre activité: une tasse de thé, une courte promenade autour du pâté de maisons.
  4. N’entreprenez pas plus que ce que vous pouvez faire. Le but n’est pas de s’acquitter de la tâche le plus rapidement possible, mais de s’exercer à prendre ses propres résolutions au sérieux et à les mettre en œuvre petit à petit.
  5. Observez dans quelles conditions il vous a été relativement facile de vous acquitter de la tâche et dans lesquelles cela a été difficile. Accordez-vous une récompense, y compris pour les succès minimes.

de Ümit Yoker,

publié le 09.04.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

Abonnez-vous à la newsletter iMpuls et gagnez 3x50.–

Inscrivez-vous
geschenk-icon.jpg