Fermer

Vivre plus sainement?

Le télétravail: promoteur de bien-être

De nombreux employés souhaitent depuis longtemps travailler davantage à domicile. Leur souhait a désormais été exaucé de manière tout à fait inattendue. Et comme le montrent plusieurs études, le modèle a incroyablement bien fonctionné.

Meilleure satisfaction, moins de stress et meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée: c’est ainsi que la plupart d’entre nous ont vécu le télétravail. À la mi-mars, lorsque les mesures d’urgence ont été renforcées en raison de la pandémie mondiale de Covid-19, de nombreuses entreprises ont renvoyé leurs collaborateurs chez eux pratiquement dans l’heure qui a suivi. Plus de personnes que jamais auparavant ont travaillé dans leur salon ou dans leur chambre pendant au moins six semaines.

Le télétravail favorise la productivité et la créativité

Plusieurs instituts de recherche ont profité de cette situation inhabituelle pour examiner en détail les effets de ce modèle de travail. Et ils sont parvenus à une conclusion quasiment unanime: dans l’ensemble, l’expérience a parfaitement fonctionné.

Les résultats de l’institut de sondage d’opinion GfS Bern, par exemple, qui a interrogé un bon millier de personnes pour le compte du syndicat Syndicom, ont été extrêmement positifs. 80% des personnes interrogées se sont déclarées satisfaites du télétravail et plus de la moitié ont constaté que le stress au travail avait diminué, malgré une productivité et une créativité accrues. 

(Voir suite ci-dessous...)

Moins de distractions pour plus d’efficacité

Une autre enquête menée auprès de 1500 personnes par le cabinet d’audit et de conseil Deloitte a confirmé que travailler à domicile est au moins aussi efficace qu’au bureau. Cela est probablement dû à l’élimination des distractions et des réunions inefficaces.

En revanche, les personnes qui devaient s’occuper d’enfants en parallèle étaient moins productives. 16% ont déclaré se sentir dérangées par des membres de leur famille ou de ne pas disposer d’un poste de travail adapté. En outre, 20% des personnes interrogées se sont senties isolées en télétravail.

Bien entendu, ce cadre est défavorable aux personnes ayant un environnement social limité, explique Volker Schulte, co-auteur d’une étude conjointe des hautes écoles spécialisées du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) et de Zurich (ZHAW) (en allemand). Cette étude a également montré clairement que les contacts spontanés avec les collègues manquaient à beaucoup. Pourtant, un bon 70% des 333 personnes interrogées se sentent à l’aise ou même très à l’aise en télétravail et expriment la volonté de conserver au moins partiellement cette forme de travail après la crise du coronavirus.

Appel aux supérieurs hiérarchiques

Le professeur de la FHNW explique que le fait que la plupart des gens en Suisse vivent dans des conditions relativement confortables a contribué à ce résultat positif. Les personnes habitant dans des appartements exigus ont tendance à travailler dans des professions où le télétravail n’est même pas envisageable – par exemple, le nettoyage, la vente ou la construction.

Une bonne direction est également décisive pour le bien-être général. «Les supérieurs hiérarchiques devraient appeler leurs collaborateurs régulièrement et les interroger non seulement sur l’état de leur travail, mais surtout sur leur bien-être», conclut le chercheur à partir des résultats de l’étude.

Le taux de satisfaction global élevé est remarquable dans la mesure où la forme de travail a été mise en œuvre sans aucune préparation pour la plupart des gens et dans une situation globalement perturbante. Dans des circonstances normales, la popularité devrait même augmenter – notamment parce que les enfants seront à nouveau à l’école.

(Voir suite ci-dessous...)

Tout savoir sur le thème travail et santé

Vers le dossier

Les restrictions tuent la motivation

Même avant la crise du coronavirus, de plus en plus d’entreprises accordaient déjà à leurs employés certaines libertés dans l’organisation de leur temps de travail – soit parce qu’elles voulaient leur offrir de bonnes conditions, soit simplement parce que cela leur permettait d’économiser de l’espace dans les bureaux.

Selon les données de l’Office fédéral de la statistique, l’année dernière, environ un tiers de tous les salariés ont travaillé à domicile au moins une demi-journée par semaine. Les pionnières des formes de travail mobiles ont été des entreprises telles que Microsoft, Google, UBS et CS.

Cependant, certains supérieurs hiérarchiques ont encore des réserves et veulent désormais rapatrier leurs employés dans l’entreprise le plus rapidement possible. Volker Schulte déplore cette tendance: «Une restriction de ces libertés tant appréciées pourrait entraîner une perte de motivation.»

Enfin, l’environnement pourrait également bénéficier d’un assouplissement des conditions applicables au télétravail: réduction des espaces dédiés aux bureaux et du trafic des pendulaires sur route et sur rail.

de Andrea Söldi,

publié le 29.09.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg