Les bruits de la nature enregistrés sont-ils apaisants?

Clapotis de l’eau et gazouillements d’oiseaux ont-ils également un effet relaxant quand ces bruits proviennent de l’écouteur? Notre chroniqueur a fait le test.

lukas-hadorn.jpg
Lukas Hadorn

Lukas Hadorn (39), père de deux enfants, travailleur indépendant et pendulaire, est certainement le représentant idéal de l’exposition au stress liée à l’environnement. C’est pourquoi il est toujours à la recherche de nouvelles idées dans la jungle des techniques de relaxation.

Le moyen le plus simple de se détendre – nous autres citadins le savons bien – est de faire une escapade dans la nature. Lorsque le vent caresse les feuilles, que les oiseaux gazouillent et que le ruisseau clapote, le stress du quotidien est soudainement bien loin. Malheureusement, la petite forêt lumineuse n’est pas toujours à deux pas, et notre emploi du temps nous autorise tout au plus une excursion aux toilettes (où un doux clapotement est toutefois garanti).

Les bruits de la nature enregistrés sont un compromis facile à trouver. Finalement, point n’est besoin de se trouver réellement en forêt pour avoir l’impression d’y être, non? J’ai fait le test dans l’Interregio entre Zurich et Lucerne. Spotify crache une interminable liste de titres pour le critère de recherche «Bruits de la nature». Mettons les écouteurs. Nous allons bien voir. Que dire de...

«Feu de bois et nuit de tempête»

Des coups de tonnerre, accompagnés d’un vent hurlant et du crépitement d’un feu de bois. Cela a peut-être un effet apaisant sur les pyromanes, mais chez moi, cela produit l’effet inverse. Continuons avec...

«Lénifiantes bulles d’eau»

On a l’impression de barboter dans un jacuzzi. Cela n’a rien de lénifiant. Au bout d’une minute, ce gargouillis tape sur les nerfs. Je deviens légèrement agressif. Il me faut quelque chose de calme, tout de suite. Peut-être...

«Ile déserte»

Ah, un doux bruit de vagues. Beaucoup mieux. Mais d’où viennent ces sonorités où le psychédélique le dispute à l’orchestral? Un orchestre symphonique s’est-il échoué sur l’île? Pour moi, c’est trop touffu, trop abondant.

«Piano merveilleusement relaxante»

Ignorons magnanimement l’orthographe du titre. Le piano est en effet merveilleusement relaxant, cela ne fait aucun doute. Mais pourquoi entend-on aussi déferler des vagues ici? Le piano se trouverait il, pourquoi pas, sur une merveilleuse plage de sable? Zut, je réfléchis trop. Pourtant, je voulais me détendre.

«Orage sur la prairie et hurlements de loups»

Je sais déjà que cela ne va rien donner, mais le titre est trop bon pour ne pas cliquer dessus. Cela commence comme un banal orage sur le Plateau. Aucune trace de loups. Ah, si, maintenant. Et très proches tout d’un coup. Arrêtons là.

«Musique de flûte shakuhachi»

Non, je ne devrais pas avoir besoin de faire une recherche sur Google pour savoir ce qu’est une flûte shakuhachi. Une longue flûte japonaise en bambou, d’accord! Je reste sur Wikipédia à regarder une photo de moines fuke qui jouent de la shakuhachi, leurs têtes cachées dans des paniers tressés. Pourquoi donc font-ils cela? Ils ont honte?

«Un après-midi à la montagne»

Un bruit de vagues? D’où diable vient ce bruit de vagues en montagne? Et quel est ce grincement si comique? Les arbres que berce le vent? On dirait plutôt un preneur de son obèse qui se balance sur une planche en mélangeant au hasard bruits d’eau et de vent. Rien à en espérer.

«Ambiance de bush australien avec kookaburras et cacatoès»

Avez-vous déjà entendu un kookaburra? Non, ce n’est pas relaxant.

«Tempête et vents violents sur l’océan. La nature à l’état pur pour dormir»

Le capitaine Ahab a-t-il eu sur vous un effet relaxant? Non? Cela ne m’étonne pas.

Conclusion: j’arrête. Je ne suis définitivement pas fait pour écouter les bruits de la nature sur une bande sonore. J’ai peut-être choisi les mauvais titres, mais en général, leurs sons avaient un effet plus excitant que relaxant. J’impute cela à mon patrimoine génétique. Aucun de mes ancêtres n’a dû se détendre, confortablement installé dans son fauteuil à écouter le crépitement d’un feu de bois, des hurlements de loups ou des coups de tonnerre. Ce n’est pas grave, me voici déjà à Rotkreuz.

Evaluation

Facteur de relaxation: 1
Coût/Profit: 2
Potentiel addictif: 0

Échelle: de 1 à 5

de Lukas Hadorn


Cela pourrait également vous intéresser: