Fermer

Vivre plus sainement?

Désencombrer pour mieux vivre

Désencombrer signifie garder uniquement ce qui procure de la joie. On arrive ainsi à plus de clarté, dans les placards comme dans la tête. C’est ce que dit la Japonaise Marie Kondo, conseillère mondialement connue dans ce domaine.

Ranger signifie pour l’essentiel décider ce que l’on souhaite conserver et à quelle place doit aller une chose que l’on n’utilise pas à l’instant. Mais pourquoi avons-nous parfois tant de difficultés à le faire? Parce que nous rangeons le même type de choses à des endroits différents et que n’avons donc aucune idée de ce que nous possédons, explique Marie Kondo, qui s’est fait un nom dans le monde entier en tant qu’experte du désencombrement.

Cette Japonaise n’apprécie guère les solutions de rangement perfectionnées, car celles-ci ne feraient que dissimuler encore davantage tout ce que nous possédons. Et des règles telles que «Jette tout ce que tu n’as pas utilisé pendant un an» n’auraient pas lieu d’être. En fait, il s’agit plutôt de se demander comment on se sent le mieux chez soi – et non pas de se débarrasser d’un maximum de choses.

Les lettres d’amour en dernier

Une vie entourée de choses qui nous procurent de la joie, telle est la promesse de Marie Kondo dans son livre «La magie du rangement» à tous ceux qui désencombrent leur intérieur selon sa méthode. Bien sûr, différentes règles s’appliquent alors:

  1. Premièrement, le grand désencombrement devrait se faire d’une seule traite, que cela soit en quelques semaines ou quelques mois.
  2. Deuxièmement, le tri ne s’effectue pas pièce par pièce mais catégorie par catégorie. C’est la seule façon de savoir combien de t-shirts, de câbles de chargement et d’après-shampoings recèle un appartement de trois pièces.
  3. Troisièmement, les catégories doivent être abordées dans un ordre fixe: vêtements, livres, papiers, bricoles, souvenirs. La décision de jeter peut être difficile pour certains, il est donc utile d’avoir un peu d’habitude avant de s’attaquer aux lettres de son premier amour.
  4. Quatrièmement, tous les objets d’une catégorie sont entassés et chacun d’eux est pris en main. Pourquoi? C’est la seule manière de savoir s’il nous apporte de la joie, indique M. Kondo. Et c’est là ce qui compte (à part les cartes d’identité et les contrats de location).
  5. Cinquièmement, on se contente dans un premier temps de trier, le rangement a lieu plus tard.

(poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Démarrez le printemps dans un ordre parfait

Livres à moitié lus et jupes jamais portées

Comment mettre de l’ordre dans les bricoles

Cadeaux: le foulard offert par la tante Marta est dans un tiroir depuis des mois sans avoir été porté? «Le véritable but d’un objet est d’être reçu», écrit Marie Kondo. Remerciez donc le foulard (et la tante) pour la joie que vous a procurée cette attention et donnez-le à une personne qui le portera.

Échantillons cosmétiques: les échantillons sont pratiques à emporter quand on voyage pendant quelques jours! Les produits de soin en très faibles quantités devraient être gardés au maximum pendant un an, au mieux quelques semaines seulement. Voulez-vous vraiment vous appliquer cette crème périmée lors de votre week-end de détente? Alors agissez en conséquence.

Monnaie: les pièces ont leur place dans le portemonnaie et non pas dans des vide-poches dans lesquels elles se multiplieront jusqu’à devenir une charge de plusieurs kilos.

Garanties et modes d’emploi: il est conseillé de conserver les garanties en vrac dans une chemise transparente. En feuilletant, on peut ainsi voir et éliminer immédiatement ce qui est expiré. Les modes d’emploi devraient être mis à la poubelle. Si jamais on en a besoin un jour, on les trouve plus vite en ligne que dans un classeur poussiéreux.

Boutons: soyons sincères: quand avez-vous cousu un bouton pour la dernière fois? Quand l’on porte un vêtement si longtemps que ses boutons se décousent, c’est probablement que sa fin est proche quoi qu’il en soit. Pour les nouvelles vestes ou manteaux, il est conseillé de coudre d’emblée les boutons de rechange sur la doublure.

Quand Marie Kondo accompagne sa clientèle dans son action de remise en ordre, elle commence donc par la penderie. Chaque pullover et chaque ceinture sont touchés et considérés en se demandant si cet objet procure réellement de la joie. Ici, pas de stratégies de contournement telles que «Je pourrai encore le porter à la maison» ou «Je le mettrai dans l’armoire de ma sœur».

Nous devrions également nous séparer des vêtements qui ont encore leur étiquette de prix au bout de trois ans. «Bon nombre des choses que nous possédons ont déjà rempli leur rôle depuis longtemps», écrit M. Kondo. Ainsi, la nouvelle jupe avait peut-être pour seule mission de confirmer que l’on était plutôt du genre à porter des pantalons.

Pour les livres également, la procédure est la même: le livre que nous n’avons pas voulu finir l’été dernier a peu de chance d’être ouvert lors des prochaines vacances. Néanmoins, il a totalement rempli sa vocation de livre à moitié lu. Conserver quelque chose par mauvaise conscience ne permettra jamais d’effacer l’acte d’achat. Ce qui nous reste à faire, c’est de remercier le livre et la jupe de leurs services et d’en prendre congé.

Un passé réordonné

Le désencombrement est un geste simple, consistant à se demander si l’on jette ou si l’on garde. Mais cette question signifie également que nous nous confrontons à des décisions prises par le passé. Que nous nous interrogeons si les choses que nous possédons nous plaisent toujours, ou si cela a jamais été le cas. Moins nous possédons de choses sans importance pour nous, plus nous avons conscience de ce qui est vraiment important. «Souvent, les choses qui nous plaisent vraiment ne changent pas fondamentalement au fil du temps», Marie Kondo en est convaincue. «Mettre de l’ordre est un moyen formidable de découvrir de quelles choses il s’agit.»

de Ümit Yoker,

publié le 25.04.2018


Cela pourrait également vous intéresser: