Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Recette du bien-être avec des plantes d’intérieur

Sue Klominkova adore sa jungle intérieure. Ce qu’elle ressent est confirmé par la science: les plantes d’intérieur rendent heureux.

«Celle-ci», confie Sue Klominkova, 36 ans, en ouvrant avec précaution un meuble en verre aussi haut qu’elle, «c’est ma préférée». Délicatement, elle retire une plante d’environ 50 centimètres de haut et contemple les longues feuilles veloutées. «Un anthurium warocqueanum», explique la jeune femme. Ce n’est que l’une des 350 plantes d’intérieur que cette employée de commerce bichonne chez elle. Dans la ferme vieille de trois siècles où elle réside à Waldkirch (SG), elle s’est aménagé au fil des années une véritable jungle (lien vers son compte Instagram: sue_cleo_amazonia).

Cette fan de plantes dépense quelque 600 francs par mois pour son hobby. «Aujourd’hui, certaines de mes plantes valent le prix d’une petite voiture». Un investissement qui, selon elle, est très gratifiant. «Quand j’entre dans mon salon, je me sens immédiatement très sereine et heureuse», précise Sue Klominkova. Le télétravail est donc pour elle une vraie bénédiction. «Je m’installe la plupart du temps au comptoir là-bas avec mon ordinateur portable, d’où je vois quasiment toutes mes plantes», dit-elle en désignant un coin du salon.

Sue Klominkova
Quand j’entre dans mon salon, je me sens immédiatement très sereine et heureuse.
Sue Klominkova

Les plantes sont bienfaisantes pour le corps et l’esprit

Le fait que ses plantes lui font beaucoup de bien n’est pas le fruit de l’imagination de Sue Klominkova. Les plantes d’intérieur ont un effet positif sur le corps et l’esprit, comme l’explique Martina Föhn (58 ans), collaboratrice scientifique à la Haute école spécialisée de Zurich à Wädenswil ZH. En hiver surtout, elles purifient l’air intérieur, humidifient la peau et les yeux, et préviennent même les maux de tête. Leurs feuilles fixent la poussière et le méthanal – plus elles sont grandes, plus elles sont efficaces. «En outre, ajoute la chercheuse, nous percevons les plantes d’intérieur de manière positive par plusieurs de nos sens: la vue, l’odorat et le toucher. Cela a un impact bienfaisant sur le corps et l’esprit».

Les plantes déclenchent une sensation de bien-être dans le cerveau

Il a été constaté que la présence de plantes active des ondes dans le cerveau qui déclenchent une sensation de bien-être. Celles-ci font baisser la pression artérielle, le pouls et le taux de cortisol, ce qui peut contrecarrer les effets négatifs du stress sur l’organisme. Ce qui est surprenant, c’est que même les personnes indifférentes aux plantes bénéficient passivement de leurs bienfaits. «Des études sur des lieux de travail ont révélé que les personnes travaillant dans des bureaux où il y a des plantes sont plus performantes que dans des bureaux sans plantes», précise Martina Föhn.

(Poursuivez votre lecture après l'encadré…)

À Waldkirch, les plantes ont aussi un impact positif sur le petit ami de Sue Klominkova, Florian Weber, 36 ans, plombier, fan de motos et ancien champion de golf. Celui-ci ne s’intéressait pas vraiment aux plantes vertes au début de leur relation. Il aidait Sue dans sa passion parce qu’il était amoureux d’elle. Il a posé des câbles, monté des vitrines, installé des lampes dotées de minuterie et accompagné sa petite amie dans les jardineries. Mais il lui arrivait parfois de penser que cette manie de collectionner des plantes était pathologique.

«Aujourd’hui, je me surprends de plus en plus à vérifier moi-même le taux d’humidité», avoue-t-il en riant. Il arrose, vaporise et prend soin des plantes. Il part même en randonnée avec sa copine, dans des forêts et des prairies, pour explorer le monde végétal en pleine nature et rapporter quelques exemplaires à la maison. Ou bien il l’emmène en moto dans les maisons tropicales et jardins botaniques de Suisse.

«Flo, c’est mon jackpot», confie Sue Klominkova. Et les plantes – ainsi que trois chiens et un chat – sont ses bébés. Lorsqu’ils partent en voyage, ils demandent à leurs parents respectifs de prendre soin des plantes et surveillent ces dernières de loin par le biais de webcams.

S’occuper de plantes est bienfaisant en période de crise

Observer une plante prospérer et parfois fleurir procure un sentiment de satisfaction particulièrement précieux en période de crise – Martina Föhn a déjà observé ce phénomène chez des patients victimes d’un burn-out. Les plantes permettent aussi de structurer leur quotidien en leur fournissant un sujet de discussion et une tâche à accomplir: «Arroser, nettoyer, rempoter et tailler des plantes sont des activités valorisantes», explique Martina Föhn.

Chez les personnes en bonne santé également, l’effet positif est renforcé lorsqu’elles s’investissent dans l’entretien de leurs colocataires végétaux. Sue Klominkova, quant à elle, ne résiste pas à l’envie de toucher ses protégées, de les déplacer d’un endroit à l’autre ou de les tourner dans la position la plus bénéfique. Je trouve toujours quelque chose à vaporiser, à nettoyer ou à tailler – et bien sûr à arroser.

Comme elle veut offrir à ses plantes uniquement une eau très douce, son ami a installé dans la grange un réservoir pour recueillir l’eau de pluie. Une fois par semaine, Sue Klominkova en utilise 50 à 80 litres pour ses plantes. Cela lui prend quatre heures d’aller et retour, arrosoir plein à la main, entre la grange et ses plantes. «Parfois, je n’en peux vraiment plus», avoue-t-elle, «Il m’arrive de rentrer chez moi le soir, trop épuisée pour faire quoi que ce soit». Mais ensuite, elle entre dans son salon, s’attache une lampe frontale sur la tête, parcourt sa jungle et ne ressent plus alors qu’une immense joie.

(Poursuivez votre lecture après les encadrés ci-dessous…)

D'autres idées pour se détendre

Dossier sur le thème

Conseils pour jardiniers d’intérieur débutants

  1. Par quoi commencer?
    Le mieux est de débuter avec des plantes nécessitant peu d’entretien, comme le monstera, le yucca, l’arbre de Jade, la phalangère, le zamioculcas, la sansevière ou le dracaena.
  2. Faut-il beaucoup de lumière?
    Les plantes à feuilles claires ou panachées (tachetées) ont des besoins en lumière plus élevés que les plantes plus foncées. En période de faible luminosité, toutes les plantes doivent être placées directement devant une fenêtre orientée vers le sud. Le reste de l’année, elles peuvent être installées un peu en retrait. Conseil: un tabouret pour plantes permet de positionner les plantes de petite taille à hauteur de la fenêtre.
  3. Et dans les coins sombres?
    Les plantes vertes comme le zamioculca, la sansevière, le dracaena, le lys de la paix, le calathea, le palmier kentia se contentent de peu de lumière. Tout comme les plantes à fleurs suivantes: violette africaine, spathiphyllum, anthurium. Conseil: pour les plantes avides de lumière, il est judicieux d’utiliser une lumière artificielle, à l’aide par exemple de lampes spéciales pour plantes
  4. Comment et quand arroser?
    Les besoins en eau sont indiqués sur les étiquettes des plantes. Ne jamais laisser les plantes dans une terre humide. Laissez s’assécher celle-ci presque entièrement de temps en temps. Utiliser des pots et bacs avec écoulement d’eau et soucoupe. Conseil: enfoncer profondément un doigt dans la terre. Si le bout du doigt reste sec, il convient d’arroser. L’application suivante vous rappelle d’arroser vos plantes: Vera, Plant Care made simple. Gratuite pour Android et iOS.
  5. Autres soins à prodiguer
    Nettoyer régulièrement les feuilles, vaporiser les plantes tropicales. Fertiliser au printemps. Rempoter lorsque la plante est devenue trop grosse pour le pot; la première fois, en général 2 à 3 ans après l’achat.
  6. Attention!
    Toutes les plantes vertes absorbent du dioxyde de carbone et dégagent de l’oxygène pendant la journée. La nuit, c’est le contraire qui se produit, les plantes dégagent du dioxyde de carbone. Il est donc recommandé de ne pas placer un trop grand nombre de plantes vertes dans la chambre à coucher. Il ne faut pas non plus trop se fier à l’apport d’oxygène pendant la journée. Bien aérer la pièce de temps en temps est bien plus efficace pour faire entrer de l’air frais.
  7. Vous trouvez d'autres conseils sur le blog Do-it + Garden.

de Yvette Hettinger,

publié le 10.02.2021, ajusté le 11.02.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Migros s'engage avec Pink Ribbon contre le cancer du sein

En savoir plus
pink-ribbon.jpg0