Fermer

Vivre plus sainement?

En télécabine vers le soleil

Le meilleur remède pour échapper à un brouillard déprimant, c’est de monter vers le soleil. C’est chose facile en Suisse car le pays est riche en remontées mécaniques amenant rapidement vers des hauteurs dégagées.

Hiver veut souvent dire brouillard: les journées s’écoulent alors trop souvent dans la grisaille et le moral tombe au plus bas. En fonction des conditions météorologiques, la couverture nébuleuse peut persister pendant des jours, voire des semaines. Qui habite sur le Plateau au pied du Jura, près du confluent de l’Aar, de la Reuss et de la Limmat, ou sur la basse Thur, est bien souvent confronté à une épaisse purée de pois.

Le brouillard: moyennement haut

La Suisse est cependant riche en remontées mécaniques qui emmènent rapidement là où l’on trouve le meilleur remède contre la dépression due à la grisaille: le soleil. Lorsque l’anticyclone se trouve directement au-dessus des Alpes ou en cas de marais barométrique, la limite supérieure du brouillard se situe entre 800 et 900 mètres d’altitude environ.

A Bienne, il est possible de prendre le funiculaire de Macolin, qui mène en quelques minutes du lac à 873 mètres d’altitude. Quand cette altitude ne suffit pas pour sortir les lunettes de soleil, le Chaumont et ses 1171 mètres est un objectif facilement accessible en Suisse romande à partir de Neuchâtel, lui aussi en funiculaire.

Pour la Suisse du Nord-Ouest, c’est plutôt Reigoldswil (BL) qui est un lieu de bonheur ensoleillé: de là, on monte en télécabine à 992 mètres d’altitude jusqu’à Wasserfallen, dans un paysage typiquement jurassien.

La gare supérieure du téléphérique de Felsenegg se trouve près d’Adliswil (ZH), à seulement 805 mètres d’altitude, suffisamment haut toutefois lorsque la limite supérieure du brouillard tombe à 500-700 mètres par vent venant du sud-est.

L’altitude de la limite du brouillard augmente avec le vent du nord

Avec la bise, c’est autre chose. Plus elle souffle fort, plus le brouillard monte haut. La limite supérieure se situe alors à 1200 mètres environ quand la bise est faible, et à 1500 mètres quand elle est modérée.

Selon la force du vent, avec ses 1284 mètres, le Weissenstein peut donc être suffisamment haut. Afin de s’extirper du brouillard du Plateau, c’est un endroit idéalement accessible pour voir le soleil. La télécabine part d’Oberdorf (SO).

Le paradis des sommets bernois

Les Bernois ont de la chance, le brouillard est certes souvent épais au pays des lacs, mais près des Alpes, il existe de nombreuses possibilités pour prendre rapidement de la hauteur. Il y a le Niesen, près de Thoune, le Harder, non loin d’Interlaken, le Niederhorn, à côté de Beatenberg, la téléphérique du lac d’Oeschinen, près de Kandersteg, le téléphérique du Stockhorn, à Erlenbach, ou le chemin de fer à crémaillère du Rothorn, près de Brienz. Les gares supérieures se situent entre 1682 et 2362 mètres d’altitude. Sur le Plateau occidental, le Moléson (2002 mètres), dans les Préalpes fribourgeoises, est facilement accessible depuis Gruyère en transports publics puis en funiculaire et en téléphérique.

Montagnes ensoleillées de Suisse centrale et orientale

En Suisse centrale, les chemins de fer du Pilatus (2000 mètres) et du Rigi (1798 m), ou le téléphérique du Stanserhorn (1850 m), permettent d’accéder à des sites ensoleillés au-dessus de la mer de brouillard.

Pour sortir de la purée de pois de la Suisse orientale, il est recommandé d’aller au pays d’Appenzell pour monter au Kronberg (1657 mètres) au départ de Jakobsbad/Gonten, ou de faire une excursion sur le Säntis (2502 m) depuis la Schwägalp (SG/AR), ou sur le Chäserrugg, près d’Unterwasser (SG), qui, avec ses 2262 mètres, se trouve toujours à quelques centaines de mètres au-dessus du brouillard.

de Claudia Langenegger,

publié le 23.04.2018


Cela pourrait également vous intéresser: