Fermer

Vivre plus sainement?

Quels sont les effets du changement d’heure sur le corps?

Le passage de l’heure d’hiver à l’heure d’été est comme un mini-décalage horaire. Le chronobiologue Achim Kramer explique quelles en sont les conséquences.

Monsieur le professeur Kramer, quels effets le changement d’heure a-t-il sur l’organisme?

C’est comme un mini-décalage horaire. Nous devons soudain nous lever à une heure à laquelle nous dormions encore jusque-là d’un sommeil profond, tout au moins la plupart d’entre nous. Cela joue sur l’attention. Des études démontrent, entre autres, qu’il y a davantage d’accidents durant les jours qui suivent le changement d’heure et aussi que les problèmes de santé se multiplient.

Mais l’avantage est qu’il fait jour plus longtemps après le changement d’heure – ce qui est bénéfique à notre humeur.

C’est vrai. Mais nous devons aussi nous lever une heure plus tôt – et cela ne nous fait pas de bien. Nous nous levons généralement trop tôt de toute façon. Une étude de mon collègue Till Roenneberg montre qu’il existe beaucoup plus de couche-tard que de lève-tôt. Cela veut dire que la plupart des gens se lèvent trop tôt pour leur rythme interne. L’heure d’été perturbe encore plus ce rythme.

Supprimeriez-vous l’heure d’été?

Oui. Mais il faudrait le faire à l’échelle européenne – et là, je vois des problèmes. Car le chronotype dépend aussi de la longitude. Sur la côte atlantique française, la nuit tombe beaucoup plus tard que chez nous. A la frontière polonaise, par contre, où se termine notre fuseau horaire, le soleil se lève une heure et demie plus tôt. C'est pourquoi il est si difficile de trouver une solution européenne.

Quelle heure devrait-on uniformiser alors?

Je pourrais m’imaginer un compromis: si l’on n’introduisait l’heure d’été que début juin, et ce jusqu’à la fin août, cela aurait beaucoup moins d’effets sur l’horloge interne. Les gens n’auraient alors plus à renoncer à leur horloge naturelle: la lumière le matin.

Le professeur Achim Kramer est chronobiologue à la Berliner Charité

Publié le 16.08.2017

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser: