Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Fermer

Vivre plus sainement?

Vivre plus sainement?

Les principaux mythes sur le sommeil examinés à la loupe

Nous dormons près d’un tiers de notre vie. Internet est envahi de demi-vérités à propos du sommeil. Nous nous penchons sur les plus grands mythes sur un sommeil sain et profond.

1. Se réveiller la nuit est nocif

Oui et non. Tout dépend de si l’on réussit à se rendormir assez rapidement ou non. Si l’on se réveille donc un moment, se rend aux toilettes et se rendort juste après, la qualité du sommeil n’en souffre pas. Selon les experts, nous nous réveillons environ 30 fois par nuit sans même nous en rendre compte. En effet, les phases d’éveil de moins de trois minutes ne sont pas enregistrées par le cerveau. En revanche, la situation devient problématique lorsqu’on se réveille et qu’on ne réussit pas à se rendormir tout de suite. Sonja Gysel, experte en sommeil chez fit im job, recommande alors de ne pas rester au lit, mais de préférer une activité relaxante, par exemple écouter de la musique, lire un peu ou sortir sur la terrasse et prendre quelques inspirations profondes. Voici quelques conseils utiles pour trouver le sommeil.

2. Sommeil de beauté? Balivernes!

Faux. Pour beaucoup, le sommeil de beauté est un mythe. Pourtant, lorsque nous dormons, nous sécrétons une hormone de croissance qui régénère et renouvelle l’hypoderme et les fibres collagènes. Si nous ne dormons pas assez ou si la phase de sommeil profond, essentielle pour la sécrétion hormonale, est perturbée, cela se voit sur notre visage. La peau s’affine et des rides peuvent apparaître.

bettquali.jpg
bettquali.jpg

Sommeil de beauté? C’est juste. Car la peau se régénère lorsque nous dormons.

3. Pour bien dormir, il faut se coucher avant minuit

Oui et non. Ce n’est pas forcément vrai pour tout le monde, car chacun a ses propres habitudes en matière de sommeil. Tandis que les uns sont plutôt des «chouettes» vivant la nuit, d’autres sont des «alouettes» et se lèvent à l’aube. Ce qui compte, c’est la quantité, la qualité et le rythme de sommeil. La qualité du lit n’est pas négligeable non plus pour assurer un bon sommeil. «Le matelas, la couverture, le coussin, etc. doivent être adaptés à chaque individu», explique Sonja Gysel.

4. Les cadres supérieurs montrent l’exemple: 4 heures par nuit suffisent

Faux. «Il n’existe qu’une toute petite part de la population qui n’a réellement besoin que de quelques heures de sommeil, explique S. Gysel. Pour la grande majorité, ce n’est pas le cas, et il ne semble pas judicieux de glorifier ceux qui dorment peu.» En effet, ce mode de vie n’est pas sans conséquences. «Le corps y résiste longtemps, mais après quelques années, c’est fini et les séquelles des nuits courtes se font clairement sentir.»

fit-im-job.jpg

FIT IM JOB

La société fit im job by medbase est votre spécialiste pour la gestion durable de la santé en entreprise. Ses méthodes établies scientifiquement produisent des résultats quantifiables qui ont une incidence directe sur les performances de l’entreprise et sur la compétitivité des collaborateurs. Améliorez votre productivité de manière efficace et durable!

5. Un petit verre aide à dormir

Selon les experts en sommeil, cette affirmation est littéralement un rêve, ou en l’occurrence un mythe: l’alcool comme le vin rouge peut aider à s’endormir parce qu’il a un effet anesthésiant, mais détériore considérablement la qualité du sommeil. «L’alcool est un poison qui empêche un sommeil de qualité et détendu, et ce, dès le premier verre», affirme Sonja Gysel. Il vaut mieux boire une tisane relaxante avant d’aller se coucher, mais pas en trop grande quantité. Sinon, il faut se soulager durant la nuit. 

6. On dort moins bien lorsque la lune est pleine

Faux. Selon la science, peu importe que ce soit par pleine lune, nouvelle lune ou demi-lune, aucune étude ne prouve l’existence d’une influence sur le sommeil. Ce mythe est né de la perception sélective de celles et ceux qui ont déjà un sommeil fragile, soit une personne sur trois. Lorsqu’elles se réveillent la nuit, regardent par la fenêtre et voient la pleine lune, le lien est vite fait. Celles et ceux qui savent que c’est une nuit de pleine lune avant même de se coucher dormiront éventuellement mal, puisqu’ils se couchent tendus, comme s’il s’agissait d’une prophétie auto-réalisatrice. Dans ce sondage, vous apprendrez comment les Suisses abordent les thèmes du sommeil et de la pleine lune.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

VERS LE DOSSIER

7. Regarder la télévision pour s’endormir plus vite

Faux. Certains affirment que le murmure du programme TV ou les voix calmes de l’animateur les détendent, mais cette impression est trompeuse, affirme Sonja Gysel. «Les mesures de stress comme nous en réalisons régulièrement montrent que la télévision a plutôt un effet stimulant.» Quiconque s’endort devant l’écran entre dans un sommeil superficiel, peu reposant et marqué de nombreuses interruptions. «La source de bruit constant nous empêche de nous détendre et de bien dormir.»

nachtTV.jpg
nachtTV.jpg

La télévision stimule donc au lieu d’apaiser.

8. Les personnes âgées souffrent d’«insomnie sénile»

Oui et non. Ce terme est utilisé pour les personnes âgées qui n’arrivent plus à dormir le matin. Cela n’a toutefois rien à voir avec la sénilité ou le lever matinal précoce, précise l’experte. En revanche, il est vrai qu’avec l’âge, la profondeur, la durée et la continuité du sommeil diminuent. Des chercheurs des universités de Bâle et de Zurich ont découvert que certaines hormones qui circulent dans l’organisme ont une influence sur l’horloge interne et modifient ainsi les habitudes de sommeil. Il se peut donc qu’une personne plutôt nocturne dans ses jeunes années devienne une lève-tôt avec l’âge. Aucune raison de s’inquiéter toutefois. Ou disons qu’il n’est pas nécessaire de s’en soucier tant que l’activité diurne ne se dégrade pas.

9. Compter les moutons pour mieux s’endormir

C’est un mythe. Des chercheurs de l’université d’Oxford ont découvert que compter les moutons ne permet pas de s’endormir plus vite. Les scientifiques ont examiné différentes méthodes d’endormissement auprès de divers groupes de test. Ceux qui ont compté des moutons, ou pensé à rien en particulier, ont mis plus de temps à s’endormir que les participants s’imaginant un scénario relaxant (comme être allongé sur une plage de sable, par exemple). Ces derniers ont réussi à s’endormir en moyenne 20 minutes avant ceux qui comptaient des moutons. L’explication des chercheurs: compter des animaux est plutôt ressenti comme une source de stress, voire d’irritation. De plus, il s’agirait d’une activité monotone qui ne procurerait aucune sensation agréable. Quelques techniques de relaxation efficaces sont le training autogène, le bodyscan et le yoga nidra. De manière générale, il faut retenir que la relaxation et la pleine conscience sont étroitement liées.

de Ringier Brand Studio / Thomas Wyss,

publié le 26.01.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Plus de 1500 produits Bio sur Migros Online

À découvrir
icon-512x512.png