Fermer

Vivre plus sainement?

Bien dormir: ce que font les trackers pendant la nuit

Qui le souhaite peut faire surveiller son sommeil. iMpuls explique comment cela fonctionne, ce que cela apporte et quels sont les appareils qui permettent de le faire.

En dépit de huit heures passées dans votre lit, vous ressentez encore une grosse fatigue au réveil? Sommeil perturbé, réveil au mauvais moment ou sommeil intermittent: qui sait au matin exactement pourquoi? Personne, sauf ceux qui utilisent ce que l’on appelle un tracker de sommeil. C’est un petit appareil qui surveille votre sommeil et documente avec précision le temps qu’il vous faut pour vous endormir, combien de fois vous vous êtes réveillé(e) et pendant combien de temps vous l’êtes resté(e), la durée de votre phase de sommeil profond ou si vous avez ronflé.

Les informations fournies par ces appareils sont précieuses et au bout de quelques nuits, vous avez déjà une bonne idée de vos habitudes de sommeil, à partir de laquelle vous pouvez estimer si vous vous endormez plutôt plus facilement après un verre de vin rouge ou une promenade prolongée, de façon à adapter vos habitudes en conséquence. De même, la plupart des trackers de sommeil aident à sortir plus facilement du lit. En effet, les réveils intégrés ne sonnent pas à heure fixe, mais par exemple dans l’intervalle de temps compris entre 6 h 30 et 7 h, et ce exactement lorsque vous ne dormez que légèrement et pas profondément.

La protection des données est un problème

Cependant, le prix à payer pour obtenir ces informations est élevé, et par là nous n’entendons pas le montant en francs que vous réglez au magasin en échange du tracker de sommeil. De nombreux appareils sont en effet disponibles pour moins de 200 francs et offrent encore bien plus que la seule surveillance du sommeil (voir tableau). Vous payez une part importante de ce service avec vos données: les trackers de sommeil enregistrent des données de santé – la plupart du temps à l’étranger il est vrai – et ne doivent donc pas respecter la loi sur la protection des données en vigueur dans notre pays. Pour l’instant, cela ne pose aucun problème car vos données ne sont utilisées qu’à des fins statistiques et pour l’amélioration des performances des appareils. Mais personne ne sait s’il en sera toujours ainsi. On pourrait ainsi imaginer, par exemple, qu’à l’avenir les fournisseurs de trackers de sommeil collaborent avec les caisses d’assurance maladie et que celles ci réduisent le montant des primes individuelles – ou l’augmentent – en fonction de la qualité du sommeil. (Poursuivez votre lecture ci-dessous …)

Trackers de sommeil: de gratuits à coûteux

Comment fonctionnent les trackers de sommeil

Les applis pour smartphone utilisent le micro pour enregistrer les bruits des mouvements ou les ronflements et en tirent des informations.

Les bracelets de fitness détectent la fréquence cardiaque et les mouvements de leur porteur et en déduisent s’il dort bien, pouvant ainsi distinguer entre sommeil profond et sommeil léger.

Les capteurs placés sous le matelas mesurent les mouvements corporels, le mouvement du thorax induit par chaque respiration et la répercussion sur l’organisme des battements de cœur.

Tous les trackers ont un point commun: les informations sont affichées dans une appli spécifique sur le smartphone.

Qui souhaite malgré tout surveiller et améliorer son sommeil à l’aide d’un tracker a l’embarras du choix. La version la plus simple et la moins chère est intégrée dans tous les iPhones à partir de l’iOS 10. La fonction «Heure de dormir» de la montre signale le moment du coucher et mesure la durée du sommeil. Pour les iPhones et appareils Android, l’appli «Sleep Cycle» est également disponible gratuitement, au moins dans sa version de base (la version premium coûte 30 francs). Cette appli mesure la qualité de votre sommeil via le micro de votre téléphone portable et vous réveille dans une fenêtre horaire prédéfinie.

Les bracelets de fitness de fabricants tels que Garmin, Fitbit ou Xiaomi coûtent entre 50 et 170 francs. Ils s’attachent à votre poignet et vous renseignent, en plus des informations concernant la qualité de votre sommeil, sur la distance que vous avez parcourue chaque jour et sur le nombre de marches d’escalier que vous avez montées. Enfin et surtout, il existe des capteurs de sommeil, par exemple le Beurer Sleep Expert (à partir de 170 francs), à placer sous le matelas, qui fournissent des informations détaillées sur la fréquence cardiaque et respiratoire ainsi que sur les épisodes d’apnée du sommeil.

Que valent les résultats?

Les trackers fournissent chaque matin des informations sur le sommeil de la nuit qui précède. Qui utilise des applis gratuites a des informations relativement imprécises car ces applis ne savent pas de qui proviennent les bruits détectés. Les fitness trackers, qui connaissent la fréquence cardiaque du porteur et le réveillent par une vibration douce au poignet, sont plus précis. Les capteurs placés sous le matelas fournissent, et de loin, les résultats les plus pointus, mais nécessitent un raccordement électrique permanent et sont par conséquent moins mobiles.

Conclusion: protection des données ou bon sommeil?

Qui utilise un tracker de sommeil ne dort pas automatiquement mieux, il sait seulement si son sommeil est bon ou mauvais. Toutes les informations collectées doivent être synchronisées avec le téléphone portable et l’on doit oublier ses réserves quant à la protection des données. En outre, il faut être conscient du fait qu’un tracker ne sert pas à grand-chose si les informations figurant sur l’écran du téléphone portable ne sont pas mises en relation avec son comportement personnel. Autrement dit, elles doivent être combinées avec suffisamment d’exercice physique et une alimentation saine.

de Reto Vogt,

publié le 09.10.2018


Cela pourrait également vous intéresser: