Fermer

Vivre plus sainement?

Comment diminuer le stress de Noël

Chanter «Vive le vent» sous le sapin de Noël et être en même temps vraiment joyeux: cela ne réussit pas toujours. Pourquoi en va-t-il souvent autrement? Notre experte nous explique les choses à faire et à ne pas faire afin de diminuer le stress de Noël.

Le stress n’est pas bon pour la santé, nous le savons tous. Mais souvent, son niveau est particulièrement élevé, précisément pendant les fêtes de fin d’année. Plusieurs stratégies existent pour l’éviter: s’exiler à l’étranger, se laisser porter, ou bien envisager activement et consciemment les fêtes. Daniela Walser, psychologue du travail chez fit im job, explique tout ce qui peut faire la différence.

  • Ne pas avoir d’attentes trop élevées: 
    les attentes élevées peuvent également être facilement déçues. Les personnes qui imaginent vivre la fête parfaite à Noël risquent d’être déçues. Sans oublier ceci: chacun a une vision différente de la «fête ultime». Si plusieurs points de vue se heurtent sans discussion préalable, c’est l’échec assuré.
  • Établir un lien avec la fête: 
    les personnes qui se réjouissent à l’idée de la fête partent d’un meilleur pied. L’association avec la fête peut être religieuse, ou d’une autre nature.
  • Prendre du temps pour soi: 
    commencer tôt à s’occuper des cadeaux ou les acheter déjà pendant l’année permet d’avoir plus de temps libre durant la période précédant Noël. Aux personnes qui ne sont pas parvenues à le faire, Daniela Walser recommande ceci: «Prendre une journée pendant l’Avent pour acheter tranquillement les cadeaux et profiter un peu de la belle atmosphère qui règne pendant la période précédant Noël.»
  • Ne pas satisfaire tous les souhaits: 
    le parrain aimerait aller skier une journée avec sa filleule, mais celle-ci préfèrerait avoir le dernier smartphone. Il n’est pas recommandé ici de céder. «Même pour les parents qui ne veulent pas de smartphone pour leur enfant, la situation est difficile lorsque ce dernier en reçoit un», dit la psychologue. Il n’est pas obligatoire de satisfaire tout de suite chaque souhait important, et ceci peut également être une expérience d’apprentissage importante pour les enfants. Le tout est d’en parler avant, afin d’éviter les mauvaises surprises.

(Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

  • Profiter raisonnablement: la période de Noël se compose avant tout d’une série d’invitations à des dîners festifs? Mieux vaut alors éviter les excès de gourmandise. «Chacun doit par exemple faire de l’exercice le matin et sauter un repas dans la journée à l’occasion». Ainsi, la bonne chère ne fera pas trop grossir et la fête sera encore plus belle.
  • Se mettre d’accord: la communication autour de Noël est la clé pour être moins frustré. Clarifier par exemple si l’on offre quelque chose en commun, de façon à ce que chacun n’ait pas à courir partout de son côté. Veut-on de toute façon faire des cadeaux? «Les adultes doivent se mettre d’accord», conseille la psychologue du travail. Peut-être la fête est-elle l’occasion de se souvenir que l’on ne peut pas acheter le bonheur?
  • Se ménager des moments de calme: 
    les personnes qui souhaitent s’adonner au marathon des invitations peuvent oublier leur propre repos. Le remède: «Se ménager des moments de calme, se mettre en retrait et faire ce qui nous fait du bien», conseille Daniela Walser. Encore mieux: intégrer les moments de repos dans la fête. Que ce soit aller se balader, écouter de la musique ensemble, chanter ou créer de quelque manière que ce soit une ambiance apaisante qui fait défaut le reste du temps.
  • Autoriser les «Je n’ai pas envie»: 
    comment faire la fête avec des adolescents qui préfèreraient sortir avec des amis? «Clarifier les besoins de tous au préalable», dit la psychologue, et autoriser les déclarations du genre: «Je n’ai pas envie d’aller chez Mamie». Ensuite, il convient de trouver une solution qui suscite le moins d’opposition possible chez toutes les personnes impliquées.

(Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Voici comment reconnaître et surmonter le stress

  • Ne pas gérer les conflits maintenant: 
    «Les fêtes de fin d’année ne sont définitivement pas le moment pour gérer des conflits.» La proposition de D. Walser: lors de la fête de l’amour, prendre les proches et les amis tout simplement comme ils sont. C’est le moment de mettre en pratique l’amour inconditionnel.
  • Tester de nouvelles choses: 
    sapin, cadeaux, fondue chinoise – est-ce obligatoire? Et que faire si le petit ami de la fille est végane et que l’oncle est intolérant au gluten? Le stress est programmé d’avance si tout est entre les mains de la maîtresse de maison et que celle-ci veut faire plaisir à tout le monde. Pourquoi ne pas couper court et tester de nouvelles choses? En demandant par exemple à chacun d’apporter quelque chose? Tout le monde sera content et personne ne se forcera à manger quelque chose uniquement pour faire plaisir. Peut-être aussi remettre en question ce qui existait jusque-là: faut-il faire un gros repas ou optons-nous pour quelque chose de tout à fait différent? Envisager toute la fête simplement, consciemment et ne pas tomber dans le perfectionnisme réduit le stress en amont.
  • Élargir ses horizons: 
    «Se soucier du sort des autres permet souvent d’atténuer le prétendu stress de Noël», explique D. Walser. Pour les sans-abri et les personnes qui sont seules et qui en souffrent, Noël est une période difficile. Également pour les personnes qui ont perdu un proche et qui ont reçu une mauvaise nouvelle concernant leur santé. Qu’en est-il des adeptes d’autres religions, quand et comment célèbrent-ils leurs fêtes? Peut-être s’engage-t-on pendant la période de Noël dans une action d’utilité publique en faisant la cuisine pour les nécessiteux, par exemple?
  • Partir: 
    s’exiler à l’étranger est la façon la plus simple de se soustraire au stress de la présence de ses proches et de faire quelque chose qui nous fait du bien. Il s’agit toutefois d’éviter de se retrouver au même endroit avec l’oncle que l’on déteste et qui a décidé de faire la même chose. Cela dit, il y a peu de chances que cela se produise.

de Silvia Schütz,

publié le 13.12.2018


Cela pourrait également vous intéresser: