Fermer

Vivre plus sainement?

Le stress provoque-t-il une atrophie du cerveau?

Des chercheurs américains imputent au stress une mémoire défaillante et une capacité de réflexion amoindrie, et donnent des conseils pour prévenir ces phénomènes.

49 ans en moyenne, aucun signe de démence et stressé: qui appartient à cette catégorie d’individus devrait faire attention à lui. Car un excès d’hormones du stress pourrait avoir des conséquences pour son cerveau.

Ne manquez plus aucun sujet traité par iMpuls: abonnez-vous à notre newsletter.

C’est ce que postulent des chercheurs américains après avoir examiné plus de 2000 sujets à deux reprises à huit ans d’intervalle. Les deux fois, ils ont testé leur mémoire et leur capacité de réflexion. Lors du premier examen, ils ont en outre déterminé le taux d’hormone du stress, le cortisol, dans la salive.

Chez les femmes, la masse cérébrale a diminué

Quand le taux de cette hormone du stress était élevé au début de l’étude, la mémoire et la capacité de réflexion avaient diminué plus fortement au cours des huit années que chez les sujets dont les taux d’hormone du stress étaient normaux à l’origine.

Avec un taux élevé d’hormone du stress, la masse cérébrale – mesurée par IRM – avait également diminué de 0,2 pour cent. Cela ne concernait cependant que les sujets féminins.

«Suffisamment de sommeil et d’exercice physique est important»

Les points faibles de cette étude sont que l’hormone du stress a seulement été mesurée à un moment donné et qu’un facteur comme la consommation d’alcool, qui nuit au cerveau, n’a pas été pris en compte. Indépendamment de cela, les auteurs de l’étude conseillent aux personnes d’âge moyen de réduire leur niveau de stress.

Perte de mémoire et atrophie du cerveau pourraient déjà avoir été constatées chez les sujets présentant un taux élevé de cortisol avant qu’elles n’aient présenté les symptômes, explique l’auteur de l’étude, Justin Echouffo-Tcheugui, de la Harvard Medical School de Boston. «Il est donc important de trouver des solutions pour éliminer le stress, par exemple en dormant suffisamment, en faisant de l’exercice physique avec modération et en intégrant des techniques de relaxation dans son quotidien.»

Source: «Neurology»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 29.04.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

Conserver la ligne pendant la saison des grillades

Démarrer le programme
coach.jpg