Fermer

Vivre plus sainement?

Combattre le stress grâce au taï chi

La science chinoise du mouvement permet de trouver l’équilibre. Notre rédactrice l’a expérimentée.

Alors que dehors, le brouillard semble ne pas vouloir se lever de la journée, je plane en Extrême-Orient. C’est ma première leçon de taï chi: la musique chinoise crée une ambiance exotique, le professeur présente, au ralenti, des figures qui s’enchaînent les unes après les autres avec souplesse et portent des noms comme «Saisir la queue de l’oiseau» ou «La grue blanche déploie ses ailes». Je suis fascinée. D’une certaine manière, c’est comme dans un film d’arts martiaux, sauf que ce prologue tout en douceur n’est suivi d’aucun déchaînement de violence.

Au ralenti en Extrême-Orient

J’essaie de reproduire les figures qui s’assemblent en chorégraphie, ce que l’on appelle la forme courte du style Yang. Cela ne me paraît pas difficile, mais je ne sais pas ce que cela donne aux yeux des autres. Pour le moment, cela m’est égal. En effet, il est plus important de ressentir les mouvements de l’intérieur. «L’essentiel est d’avoir le sentiment d’équilibre et de se tenir solidement et souplement sur le sol, debout sur ses deux jambes», explique le professeur Dino Rigoli, qui assure plusieurs fois par semaine des entraînements au centre Welle 7 à Berne. «Le taï chi favorise également la stabilité intérieure et l’harmonie psychique, et il active le flux d’énergie vitale.»

Art martial sans combat

Cette science du mouvement a été développée il y a plusieurs siècles comme art martial dans l’empire chinois. Mais il n’y est pas beaucoup question de combat. Contrairement au kung-fu ou à la boxe, par exemple, le taï chi vise en effet à cultiver la force intérieure. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Exercer l’équilibre

Après les figures, notre professeur présente un exercice à faire avec un partenaire. J’ai de la chance, je me trouve avec une dame qui pratique déjà depuis un certain temps. Elle ferme les yeux, j’ai le droit de la pousser de tous les côtés aux épaules et dans la région du bassin. Au lieu de perdre l’équilibre, elle tourne les épaules, fléchit légèrement les genoux et détourne l’énergie du choc dans le sol. Elle résiste en souriant à la force retenue de ma bousculade. C’est donc cela, la stabilité. Je note.

Fitness pour l’esprit

Le taï-chi-chuan – c’est le nom complet de cette technique – n’est pas si simple: il faut un certain temps pour maîtriser les mouvements et connaître les successions de figures. «Pour cette technique de relaxation, il convient aussi d’avoir un peu le sens de la coordination et d’aimer les chorégraphies», explique Dino Rigoli, qui pratique le taï-chi-chuan depuis 25 ans et a également appris en Chine auprès de grands maîtres. Dans la République populaire communiste, le taï chi était autrefois un programme de fitness imposé par l’Etat. Chez nous, cela serait également bon pour la santé publique.

En effet, on cultive ainsi non seulement sa force mentale, mais aussi son aptitude à la concentration, et le taï-chi-chuan est manifestement un remède anti-stress. Au cours des dernières années, plusieurs études – dont l’une menée à l’institut de psychologie de Berne – ont montré que le taï chi était idéal pour éliminer le stress.

Booking-Teaser-KS-Qigong.jpg

Cours de taï-chi

Le sport par excellence des Chinois. Apprenez les mouvements lents et fluides de cet art martial chinois. Faites un essai dans un cours de l’Ecole-club Migros.

de Claudia Langenegger,

publié le 21.08.2018


Cela pourrait également vous intéresser: