Fermer

Vivre plus sainement?

Méditer, c’est comme surfer sur une vague

Des photos montrent des personnes en pleine méditation, sereinement assises en tailleur au bord de l’eau et souriant, heureuses. Quelques respirations et la cure instantanée contre les effets indésirables de l’existence est terminée. Vraiment? Pas tout à fait, estime notre rédactrice.

Cela paraît très simple: si l’on se sent stressé ou en proie à des idées noires, il suffit de méditer pour se détendre miraculeusement et parvenir à la sérénité, sans parler des bénéfices pour la santé prouvés par de nombreuses études. Sur les photos, en tout cas, les personnes qui méditent paraissent toujours heureuses. Elles sont sereinement assises là, au sommet d’une montagne, dans une salle de yoga ou au bord d’un lac, les jambes en tailleur, les mains dans une gracieuse position de mudra, un sourire béat sur les lèvres. Quelques respirations, un peu de «body scan», la cure instantanée contre les effets indésirables de la vie moderne est terminée.

Ecouter la voix qui parle en nous

En réalité, la méditation est un exercice et non un état. Une pratique qui dure toute la vie, sans objectif précis, sauf un: être attentif à ce qui se passe au moment même. Cela peut être relaxant un jour et insupportable le lendemain. En effet, des idées viennent à l’esprit pratiquement sans interruption, induisant des sentiments et des sensations corporelles. Un flux permanent qui change de direction au bout de quelques minutes, tantôt extrêmement dramatique, tantôt parfaitement banal, de sorte que nous sommes tantôt transportés d’allégresse, tantôt complètement déprimés. Au quotidien, nous n’en sommes le plus souvent pas conscients. Ce n’est que dans le silence de la méditation que nous entendons la voix qui parle en nous. Et c’est exactement de cela qu’il s’agit. (poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Conseils pour la pratique
  • Le choix de la forme de méditation n’est pas aussi décisif que la régularité de l’exercice: réservez quotidiennement 15 minutes ou plus pour cela. Certains jours, cela vous sera facile et d’autres jours, il vous en coûtera. Sachez-le sans que cela ne vous perturbe. Vous ne devez pas atteindre un objectif donné mais simplement rester attentif.
  • Adoptez une position droite, mais détendue. Que ce soit en tailleur, sur un coussin ou sur une chaise. Fermez les yeux et prenez conscience de ce qui est: comment vous êtes assis, quels sont les bruits que vous entendez, ce qui vous passe par la tête. Centrez alors votre attention sur votre souffle. Observez comment il va et vient sans l’influencer. Cela vous ancre dans le lieu et l’instant présents.
  • Ne vous jugez pas lorsque vous remarquez que vous vous êtes perdu dans vos pensées. Consacrez-vous simplement de nouveau à votre souffle, jusqu’à la prochaine évasion.

Observer ce qui se passe au moment même

Toutefois, cela n’est pas forcément agréable, ni non plus automatiquement relaxant. Cela peut être douloureux si irritation, tristesse, doute de soi, souvenirs refoulés, mélancolie ou nostalgie remontent à la surface. Le dos est endolori, les épaules sont contractées, nous sommes fatigués, nous avons faim, ou les deux à la fois, l’anxiété grandit. Normalement, nous faisons tout pour éviter ce genre de situations ou pour au moins les rendre plus supportables. La pratique de la méditation consiste à résister à cette habitude et à observer avec attention et bienveillance, à la place, ce qui se passe à ce moment-là.

A chaque seconde, nous sommes nous-mêmes

Il ne s’agit pas de ne plus penser à rien ni d’adopter un état d’esprit donné car les deux sont tout simplement impossibles. Tout change. A chaque seconde, et aussi en nous-mêmes. En méditant, nous nous exerçons à faire avec. Cela ne signifie pas que les hauts et les bas de la vie ne nous atteignent plus, que les pertes ne nous chagrinent plus ou que le stress ne nous accable plus. Mais nous pouvons apprendre à considérer toutes nos expériences et nos émotions comme une partie de l’existence humaine et à nous en servir pour développer de la compassion pour nous-mêmes et pour les autres. Ce sont les fruits d’une pratique régulière.

Voir les choses comme elles sont

La forme de méditation la plus répandue en Asie du Sud-Est porte le nom de vipassana: «voir les choses comme elles sont», merveilleuses et épouvantables, blessantes et salutaires, éphémères, impossibles à retenir, toujours en évolution. Nous ne réussirons pas à être toujours détendus et heureux, quels que soient nos efforts pour y parvenir. La méditation est une façon d’accepter cela et de vivre tout de même dans la joie. Ou, comme le professeur de yoga indien Swami Satchidinanda l’a formulé un jour: «Tu ne peux pas arrêter les vagues, mais tu peux apprendre à surfer dessus.»

de Ruth Hoffmann,

publié le 21.12.2017

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser: