Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Libérez votre cerveau avec la sophrologie

La sophrologie, tout le monde en a entendu parlé, mais peu d’entre nous sait de quoi il s’agit précisément. Erwan Tréguer, professeur de sophrologie à l’Ecole-club Migros de Genève, nous résume ses bienfaits et explique comment cette méthode fait fleurir en soi les ressentis positifs.

Qu’est-ce que la sophrologie?

«Il s’agit d’un ensemble de techniques qui vise un état de mieux-être. La sophrologie a été développée par Alfredo Caycedo dans les années 1960. Ce médecin psychiatre a contribué à introduire en Occident des méthodes venues d’Asie, issues de la méditation zen et du yoga notamment. En les couplant avec des pratiques européennes comme l’auto-hypnose, il a développé une nouvelle discipline.»

Erwan Tréguer
La sophrologie utilise trois outils principaux: la relaxation musculaire, la respiration et la visualisation.
Erwan Tréguer, professeur de sophrologie à l’Ecole-club Migros de Genève

Comment ça marche concrètement?

«La sophrologie utilise trois outils principaux: la relaxation musculaire, la respiration et la visualisation. L’idée est que la personne qui pratique la sophrologie descende et se maintienne à un niveau de conscience que nous connaissons tous, celui se situant entre la veille et le sommeil. En étant dans cet état de relâchement et de détente maximal, propice à la récupération, on peut apprendre à développer des images et des émotions positives. Je m’explique. Notre cerveau peut avoir tendance à imaginer un scénario négatif pour toutes sortes de situations, un entretien d’embauche, une compétition sportive, une grossesse, etc. Avec la sophrologie, il s’agit ici de visualiser ces événements et de se programmer pour quelque chose de meilleur. Le jour J, la personne pourra retrouver et reproduire ces sensations. Certes, vous ne pouvez pas agir directement sur une intervention chirurgicale par exemple mais vous pouvez agir sur votre état de tension et faire en sorte que vous viviez mieux cet épisode.»

Quels sont les champs d’application?

«Ils sont très vastes. Toute personne souffrant d’un mal-être, de stress, ayant des troubles du sommeil pourra voir sa qualité de vie améliorée. De plus, les personnes souffrant de céphalées apprendront à relâcher leurs muscles au niveau des trapèzes et de la tête ce qui permet de réduire les tensions. De nombreux sportifs pratiquent aussi la sophrologie dans leur préparation mentale.

(Voir suite ci-dessous...)

Tout le monde peut-il pratiquer la sophrologie?

«Oui dans l’absolu. Même des enfants peuvent s’y initier. D’autant plus qu’ils utilisent encore la respiration abdominale profonde et ont une capacité naturelle dans le domaine de l’imaginaire. Et puis, la sophrologie c’est comme une graine qu’on plante en soi et qui nous accompagne tout au long de notre vie. On peut y faire appel par la suite à tout moment.»

A-t-on des preuves scientifiques quant à ses bienfaits?

«Il y a peu d’études scientifiques sur le sujet car les protocoles de recherche sont difficilement reproductibles – la sophrologie s’adressant à de très nombreux groupes de personnes. Au-delà des paramètres médicaux, ce qui compte je crois c’est surtout l’évaluation subjective de celles et ceux qui pratiquent la sophrologie. Et beaucoup de personnes viennent à moi pour me dire qu’ils se sentent mieux, qu’ils dorment mieux et qu’ils vivent plus sereinement.»

A quelle rythme faut-il pratiquer pour ressentir des effets?

«En pratiquant tous les jours des exercices durant trois à quatre semaines à raison de quinze à vingt minutes par jours, un débutant ressentira déjà des effets positifs. Du coup, il aura envie de continuer, et la sophrologie deviendra une activité naturelle, intégrée à son quotidien.»

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le dossier

Ais-je vraiment besoin d’un coach?

«Certaines personnes utilisent des apps ou regardent des vidéos sur internet, ce qui est un bon début pour s’initier à la sophrologie. Mais pour acquérir les bonnes bases, des cours d’introduction sont recommandés, ne serait-ce que pour bénéficier d’une approche plus personnelle, axée sur ses besoins. Par la suite, la sophrologie se pratique seul.»

Chacun peut se prétendre sophrologue. Comment reconnaître un vrai d’un faux?

«Le plus simple est de rencontrer son futur professeur et de discuter avec lui. De lui demander son diplôme et de faire une séance d’essai. Si le feeling ne passe pas, il ne faut hésiter à aller voir ailleurs. De même, si c’est la sophrologie elle-même qui vous met mal à l’aise, il vaut mieux vous écouter et vous tourner vers une autre méthode.»

de Pierre Wuthrich,

publié le 26.11.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Courrier de noël Migros: ne laissons personne de côté

Commencer maintenant
Desktop_2880x1260.jpg