Fermer

Vivre plus sainement?

Un esprit tranquille dans un corps puissant

Dans le Vinyasa Yoga, le participant passe d’un exercice à l’autre de façon fluide. Tandis qu’elle requiert force et endurance sur le plan physique, cette discipline permet de relaxer merveilleusement son esprit.

Lors d’une heure de Vinyasa, on en vient rapidement à l’essentiel. Ce mode de yoga dynamique fait glisser le participant d’un exercice à l’autre de façon fluide, au rythme de la respiration. Selon le professeur et le style, le tempo peut être vraiment rapide. Le Vinyasa Yoga ne convient donc pas forcément aux personnes qui pratiquent le yoga pour la première fois.

Pas le temps de ruminer

Une heure de Vinyasa débute par la salutation au soleil (Surya Namaskar). Répété plusieurs fois, cet exercice génère dans le corps la chaleur nécessaire pour qu’il soit alors possible de se contorsionner dans des postures plus complexes ou de développer sa force et son équilibre en position debout. Le participant transpire assez rapidement. Des séances régulières de Vinyasa renforcent les muscles de l’ensemble du corps. Difficile alors de ruminer ses pensées, car la coordination des mouvements et de la respiration demande de la concentration, ce qui contribue à ralentir le flux de pensées s’écoulant sinon en continu. Un état méditatif peut se mettre en place.

Asthanga Vinyasa Yoga et ses variations

La forme la plus ancienne de Vinyasa Yoga est l’Ashtanga Vinyasa Yoga. La série d’Ashtanga se compose de trois parties de plus en plus difficiles et pouvant figurer parmi les styles de yoga les plus perfectionnés. Les pratiquants s’exercent exclusivement aux mêmes asanas, dans le même ordre. Ils peuvent ainsi pénétrer plus profondément dans leur pratique et progresser dans les différentes asanas. Dans les studios de yoga modernes, on trouve aujourd’hui de nombreux styles de Vinyasa conçus spécialement, tels que le Juicy Vinyasa (dans une salle chauffée), l’Evening Flow, le Lunch Flow ou le Vinyasa Flow with music, pour n’en citer que quelques-uns. La fantaisie n’a pratiquement pas de limites en la matière. Faites le test et découvrez le style de Vinyasa qui vous convient!

Exercice: débuter la journée vigoureusement avec la salutation au soleil

  1. Posture de la montagne: se placer au début du tapis, les jambes fermées, laisser pendre les bras, ventre contracté, épaules décontractées, serrer les omoplates. Inspirer et expirer profondément.
  2. Inspirer, lever les bras latéralement et les tendre loin vers le haut, les paumes se touchent, le regard est tourné légèrement vers le haut.
  3. Expirer, pencher le haut du corps loin en avant, baisser les bras latéralement, placer les paumes à gauche et à droite à côté des pieds (les genoux sont légèrement fléchis), relaxer le haut du corps et la tête.
  4. Inspirer, redresser le haut du corps (le mettre à la diagonale), les bras sont tendus, les bouts des doigts touchent le sol.
  5. Expirer, placer le haut du corps en direction des genoux, paumes sur le sol.
  6. Retenir la respiration, se placer en position de planche, ne pas relâcher le ventre, les bras sont à angle droit, les doigts sont écartés, les jambes sont tendues. Rester quelques respirations dans cette position.
  7. Expirer, amener les genoux, la poitrine et le front en direction du sol (le fessier est en l’air).
  8. Cobra: placer les mains à gauche et à droite à côté du torse. Inspirer, transférer le poids sur les mains, serrer ce faisant les omoplates, redresser le haut du corps, le fessier est contracté. Tourner le regard vers le haut.
  9. Chien tête en bas: inspirer longuement, arriver dans la posture du chien tête en bas, les hanches poussent vers le haut, les talons en direction du sol, ventre contracté, doigts écartés sur le sol. Prendre quelques respirations profondes.
  10. Inspirer, amener les pieds vers l’avant l’un après l’autre, expirer, tête en direction des genoux, placer les mains à gauche et à droite des pieds.
  11. Inspirer, lever les bras latéralement et répéter le tout aussi souvent que souhaité. Ressentir l’effet produit.

de Cynthia Grasso-Bürki,

publié le 18.01.2018


Cela pourrait également vous intéresser: