Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Marc Stoll

Marc Stoll
Coach spécialiste du stress

Marc Stoll

Marc Stoll est psychothérapeute et coach dans son propre cabinet à Meilen. Il travaille aussi pour Medbase. Il bénéficie de plusieurs années d’expérience dans le coaching en lien avec le stress.

Toutes les réponses de Marc Stoll

Marc Stoll
Marc Stoll

Coach spécialiste du stress

Les exercices de respiration et le sport ne sont effectivement pas efficaces à eux seuls si on les considère simplement comme des techniques, mais qu’ils ne nous amènent pas bien loin. Lorsque cela m’arrive, je me dis dans ma tête: «Bon, je me sens encore stressé, alors que je pourrais lâcher prise. Me forcer à me relaxer ne sert pas à grand-chose. Je reste simplement assis dans mon fauteuil, je lis un livre, et j’accepte de ne pas me sentir aussi détendu que je le souhaiterais». Paradoxalement, si j’accepte ma tension plutôt que de la combattre, je peux tout à coup me sentir beaucoup plus détendu après 10 minutes.

Marc Stoll
Marc Stoll

Coach spécialiste du stress

Vous avez probablement raison de parler de «bore-out». L’être humain a besoin d’une activité professionnelle qui a du sens. Moins on a de choses à faire et moins on est sollicité, plus on devient amorphe et fatigué. Les activités passionnantes nous rendent actifs et les activités ennuyeuses nous rendent amorphes. Que faire pour y remédier? Chercher un nouveau travail plus stimulant et plus chargé de sens serait bien évidemment la solution la plus logique. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Je connais un chauffeur qui passe 80% de son temps à attendre et qui a également souffert de bore-out pendant longtemps. La situation s’est arrangée depuis qu’il fait partie d’un club de lecture et qu’il lit des livres qui le stimulent intellectuellement durant les temps d’attente. Si l’on ne peut pas occuper les temps «morts» avec des activités qui nous semblent utiles, il faut impérativement avoir des occupations intéressantes et stimulantes durant ses loisirs. Par exemple, passer la soirée à jouer aux échecs avec des amis, faire du sport, suivre un cours de cuisine, ou n’importe quelle activité que vous aimez. Comme vous passez toute la journée à regarder un écran monotone, il est important que vous ne fassiez pas la même chose durant vos loisirs en regardant inutilement la télévision.

Marc Stoll
Marc Stoll

Coach spécialiste du stress

On peut par exemple définir des moments destinés aux courriels. P. ex.: de 8 h à10 h, je réponds aux e-mails. Si vous vous fixez ce genre de limites, vous vous efforcerez de répondre plus rapidement aux courriers les moins importants. Vous pouvez également gagner du temps en téléphonant plutôt que de rédiger des e-mails. Une bonne méthode consiste aussi à opérer un classement entre courriels et tâches «urgents» / «pas urgents», et «importants» / «pas importants», et de traiter immédiatement ceux qui sont urgents et importants, en laissant de côté ce qui n’est ni urgent, ni important.

Marc Stoll
Marc Stoll

Coach spécialiste du stress

Vous poser plein de questions sur les raisons de votre comportement ne vous apportera pas grand-chose. À présent, il faut juste d’agir de manière efficace et productive. Moins vous en faites, plus la motivation diminue; par contre, elle augmentera avec chaque page rédigée. Il peut être utile de préparer et de planifier dès la veille au soir tout ce que vous voulez faire le lendemain. L’important est de vous fixer des objectifs réalistes, p. ex. traiter tel ou tel chapitre ou écrire 4 pages dans la journée. Il faut aussi éliminer tous les facteurs de distraction (téléphone portable, télévision, etc.). Lorsque vous avez atteint les objectifs fixés, vous avez droit droit à une petite récompense. Cela vous permettra de vous mettre plus facilement au travail le lendemain.

Marc Stoll
Marc Stoll

Coach spécialiste du stress

C’est une question importante, particulièrement dans l’optique des fêtes de fin d’année. Il vaut certainement mieux aborder directement le sujet plutôt que de passer son temps à désamorcer la situation. Le mieux est qu’un membre de la famille qui a encore de bons rapports avec la personne «difficile» entame la discussion. Bien sûr, pas devant toute la famille, mais en tête-à-tête. Le but est d’expliquer précisément à cette personne ce qui dérange et ce qu’on souhaiterait de sa part, de la manière la plus concrète possible, en utilisant des exemple, et sans faire de reproches. La discussion ne sera certainement pas facile et la personne concernée risque de se vexer. Mais d’un autre côté, cela lui permettra peut-être de modifier son comportement.

Faites connaissance avec nos experts


Cela pourrait également vous intéresser:

Les centres fitness de Migros peuvent être rouvertes

En savoir plus
lockerung.jpg