Fermer

Vivre plus sainement?

La douleur aux 200 visages et plus

Il y a céphalée et céphalée: les spécialistes distinguent plus de 200 types de douleurs. Voici les quatre grandes catégories et leurs symptômes.

Les maux de tête ne sont pas les seuls symptômes déterminants de la migraine: il y a plusieurs manifestations associées comme l’hypersensibilité à la lumière, au bruit et aux odeurs, ainsi que les nausées et les vomissements. Ces symptômes se produisent rarement en même temps.

Les quatre phases de la migraine

Les accès de migraine se divisent en quatre phases. La première est la phase prodromique, celle qui annonce la crise. Elle dure de 24 à 48 heures. Parmi les symptômes possibles, on peut citer la boulimie, les variations d’humeur et une miction accrue. La phase d’aura prend le relais. Elle dure de 15 à 60 minutes. Des symptômes typiques d’une migraine peuvent alors apparaître: affections du champ visuel, scintillements devant les yeux, fourmillements dans les mains et le visage, troubles du langage.

La céphalée commence lors de la troisième phase et peut durer de quatre à 72 heures. Elle peut s’accompagner de symptômes tels que des nausées, vomissements, sensibilité à la lumière (photophobie) et sensibilité au bruit (phonophobie). Dans la phase quatre, dite postdromique, qui suit la crise, des symptômes comme des changements d’humeur sont possibles, on se sent renaître. Cet épisode dure environ 24 heures.

Céphalée en grappe

En général, les céphalées en grappe sont unilatérales et se produisent le plus souvent de nuit, entre une heure et deux heures. Dans l'espace de 24 heures, on subit une à trois attaques extrêmement douloureuses, sur une période de quatre à huit semaines.

Céphalée de tension

Les céphalées de tension font partie des maux de tête les plus fréquents. Le mécanisme initial de déclenchement de la douleur n'est pas bien connu. L'ensemble de la tête est concerné. Il n'y a ni nausée, ni sensibilité à la lumière. L’intensité est variable.

Autres céphalées primaires

L’origine des céphalées primaires reste floue, tandis que les céphalées secondaires sont par exemple dues à des inflammations du sinus frontal ou des méninges ou à des facteurs externes. Font partie des rares formes de céphalée primaire: céphalée en coup de poignard (diffuse, brève durée); céphalée à la toux (déclenchée par la toux ou par l’effort); céphalée associée à l'activité sexuelle, avant et au moment de l’orgasme; céphalée en coup de tonnerre, qui atteint son pic d’intensité en moins d’une minute.

de Marc Bodmer,

publié le 13.11.2017

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser: