Fermer

Vivre plus sainement?

Retour

1000 questions, 1000 réponses

Vous avez des questions à poser sur l’alimentation, l’activité physique, la détente et la médecine? Nous vous livrons les réponses. Ici, vous pouvez poser de nouvelles questions et consulter les réponses aux questions déjà posées.

Vous n’avez pas trouvé de réponse à votre question? Demandez à nos experts!

  • Tous (163)
  • Exercice Physique (65)
  • Alimentation (67)
  • Relaxation (21)
  • Mêdecine (49)

Il existe différent remèdes de grand-mère pour atténuer les symptômes d’une piqûre d’abeille (rougeurs, démangeaisons, enflures ou douleurs). L’un d’entre eux est le vinaigre. Le vinaigre comme le carbonate de sodium (connu sous le nom de bicarbonate) peuvent neutraliser le venin d’abeille. Versez une cuillère à café de vinaigre dans un verre d’eau du robinet. Mettez un peu de ce liquide sur un disque de coton et passez-le sur la piqûre. Vous pouvez également appliquer une compresse imbibée de vinaigre sur la piqûre, en la maintenant avec une bande.
 

La scarlatine est une maladie infectieuse due à une bactérie, qui se manifeste généralement durant l’enfance. Elle peut cependant toutefois apparaître à tous les âges de la vie. La bactérie, qui fait partie de la famille des streptocoques (du groupe A), s’attaque habituellement aux muqueuses et se transmet le plus souvent par des gouttelettes (toux, éternuements). Ce qui veut dire que les enfants peuvent être contaminés lorsqu’ils jouent. Cette maladie se traite au moyen d’antibiotiques. Environ 24 heures après le début du traitement antibiotique, l’enfant n’est plus contagieux.

Oui, une vaccination contre l’hépatite A est recommandée. Le virus de l’hépatite A se transmet par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. La vaccination doit être faite au moins 14 jours avant le départ. Pour s’assurer une protection à vie, il est possible de faire une injection de rappel six mois plus tard (ou davantage). Indépendamment de la durée et du type de voyage, de l’itinéraire emprunté, etc., d’autres mesures (p. ex. une prophylaxie antipaludique) et éventuellement d’autres vaccinations (p. ex. contre la fièvre typhoïde ou l’hépatite B) sont recommandées. Le mieux est de demander conseil à votre médecin, qui pourra aussi vérifier si vous êtes à jour de vos vaccins et vous faire des injections de rappel si nécessaire.

christoph-dehnert
Dr méd. Christoph Dehnert

Spécialiste en médecine interne générale et en cardiologie, Medbase

Si vous souffrez régulièrement du mal des montagnes à ces altitudes, vous pouvez suivre un traitement prophylactique à base de Diamox (dosage 2 x 125 mg ou 2 x 250 mg). Diamox n’étant pas bien toléré par tout le monde et les effets secondaires étant similaires aux symptômes du mal des montagnes, il convient de faire un test de tolérance à basse altitude avant de l’utiliser en montagne. 
Si les symptômes du mal aigu des montagnes n’apparaissent qu’occasionnellement, vous pouvez les traiter de manière symptomatique avec les mêmes médicaments que ceux utilisés en plaine.
Un rythme d’ascension lent et une bonne acclimatation préalable représentent cependant toujours la meilleure des prophylaxies. Rendez-vous souvent en altitude et augmentez petit à petit la hauteur de vos objectifs au cours de la saison. C’est ainsi que vous vous acclimaterez le mieux.

Philipp Keller
Dr. méd. Philipp Keller

Spécialiste en médecine interne FMH, Medbase Sports Medical Center Zurich

Oui, le trois-huit est un vrai problème. J’en ai moi-même fait l’expérience pendant de nombreuses années. Le sommeil est interrompu à de nombreuses reprises et il n’existe malheureusement pas de conseil miracle, hormis celui d’arrêter les trois-huit à un moment donné, car il peut être la cause de diverses maladies.

En tout cas, je conseillerais d’être extrêmement prudent avec la prise de médicaments, et tant que ces siestes éclairs répétées suffisent, elles sont clairement la meilleure des solutions.

Philipp Keller
Dr. méd. Philipp Keller

Spécialiste en médecine interne FMH, Medbase Sports Medical Center Zurich

Au lit, la rumination mentale n’est pas agréable et n’est pas rare non plus. Voici un conseil: n’aller se coucher qu’une fois que l’on s’assoupit, par exemple, sur le canapé. Boire du thé apaisant peut aider à trouver le sommeil, de même que faire des exercices de détente tels que de l’entraînement autogène ou de la relaxation musculaire. Prendre contact avec un psychologue peut également s’avérer utile.

Corinne Weil
Dr. méd. Corinne Weil

Spécialiste en médecine interne FMH et en médecine du sport SSMS, Medbase Sports Medical Center Zurich

Le soir, essayez de noter sur une feuille de papier les choses qui vous préoccupent. Commencez à effectuer des rituels du soir et des rituels apaisants, tels que de la méditation ou de l’entraînement autogène. S’endormir et se réveiller à des horaires réguliers a également des effets positifs. Si les problèmes perdurent depuis si longtemps, je discuterais d’abord avec mon médecin de famille et lui demanderais si des traitements médicamenteux sont envisageables (à court terme dans le meilleur des cas).

Si rien n’y fait, je prendrais rendez-vous avec la clinique du sommeil.

Corinne Weil
Dr. méd. Corinne Weil

Spécialiste en médecine interne FMH et en médecine du sport SSMS, Medbase Sports Medical Center Zurich

Le soir, essayez de pratiquer un rituel apaisant (yoga, entraînement autogène, méditation). À la rigueur, écrivez les choses qui vous pèsent sur un papier. Si, à partir de quatre heures du matin, vous ne parvenez pas à vous rendormir, ne restez pas dans votre lit à ruminer vos pensées, mais levez-vous et faites un exercice d’apaisement (lecture, relaxation, etc.). Ne retournez vous coucher que lorsque la fatigue se fait sentir. Si cela est possible, cherchez à réduire le stress à votre travail.

Fabienne Meier
Fabienne Meier

Responsable des soins thérapeutiques et paramédicaux Medbase, Zoug

En cas de douleurs au tendon d’Achille, il est important de solliciter toutes les structures corporelles. Il est donc conseillé d’étirer les structures myofasciales, mais aussi de mobiliser la cheville et de renforcer la musculature afin d’améliorer la solidité des tendons.

Pour renforcer la mobilité de la cheville, vous pouvez aussi effectuer l’exercice suivant: tenez-vous face à un mur, en position de fente, le pied douloureux vers l’avant. L’écart entre les pieds doit être tel qu’en avançant le genou jusqu’à toucher le mur, le talon reste au sol. Le genou avance vers le petit orteil. Répéter l’exercice 10 fois chaque jour pour rendre l’articulation plus mobile. 

Pour ne pas solliciter seulement les structures passives: lors de l’extension des mollets sur le rebord d’escalier, exercice bien connu, on peut aussi se relever sur la pointe des pieds et ajouter ainsi un élément de musculation. Vous pouvez même augmenter la difficulté en passant des «pompes de mollets» sur deux jambes aux pompes sur une jambe. 2 à 3 séries de 20 à 30 répétitions peuvent s’avérer nécessaires chaque jour.

L’extension ne doit pas être seulement locale, mais intégrer aussi la plante du pied, que l’on peut par exemple masser avec une balle de tennis dure en modulant la pression par une position assise ou debout. À réaliser dans l’idéal avant et après l’entraînement, ou au quotidien, suivant les besoins. 

Nous n’avons malheureusement pas trouvé de résultat correspondant à votre recherche. Veuillez saisir un nouveau terme de recherche ou posez votre question à nos experts:

Nous n’avons malheureusement pas trouvé de résultat correspondant à votre recherche. Veuillez saisir un nouveau terme de recherche ou posez votre question à nos experts:

Nous n’avons malheureusement pas trouvé de résultat correspondant à votre recherche. Veuillez saisir un nouveau terme de recherche ou posez votre question à nos experts:

Nous n’avons malheureusement pas trouvé de résultat correspondant à votre recherche. Veuillez saisir un nouveau terme de recherche ou posez votre question à nos experts:

* = Champ obligatoire

Encore 500 signes

Cela pourrait également vous intéresser: