Fermer

Vivre plus sainement?

Dr med. David Fäh

David Fäh est médecin-nutritionniste. Il est titulaire d’un master en santé publique. Depuis 2015, il travaille principalement comme professeur à la Haute école spécialisée bernoise, pour la filière Alimentation et diététique.
david-faeh

Toutes les réponses de Dr med. David Fäh

david-faeh
Dr med. David Fäh

Nutritionniste

Galerie-1-Schlank-mit-Pulver.jpg

Des formules se composant de boissons («shakes») riches en protéines, de poudres ou de barres permettent de remplacer un ou plusieurs repas. La composition de ces produits est réglementée, tous les nutriments importants doivent être présents.

Avantage: le repas est facile et rapide à préparer, inutile d’étudier ce que l’on va manger.

Inconvénient: très monotone, gros risque d’interrompre rapidement la thérapie. En plus, on n’apprend pas à changer son comportement alimentaire!

Conclusion: judicieux tout au plus pour démarrer un changement alimentaire durable.

david-faeh
Dr med. David Fäh

Nutritionniste

Galerie-2-Low-Carb.jpg

Le principe est simple: selon la théorie du Dr Atkins, les sucres, ou glucides, sont notre fournisseur d’énergie numéro un; si on les laisse de côté, on économise beaucoup de calories.

Avantage: de nombreuses études démontrent que les régimes pauvres en glucides sont efficaces. En outre, ils ont un effet positif sur le niveau de glycémie et la sécrétion d’insuline. 

Inconvénient: la liste des produits bannis est longue: pâtes, pizzas, pain, pommes de terre et fruits sont généralement interdits. L’apport de graisse est nettement plus élevé, augmentant le risque de maladies cardiovasculaires.

Conclusion: une forme modérée de régime pauvre en sucres semble judicieuse. On devrait continuer à pouvoir manger de tout et l’on a besoin d’alternatives à la viande et au poisson pour ne pas avoir une alimentation trop monotone et déséquilibrée. On pensera par exemple aux produits laitiers, aux œufs, au tofu et au quorn.

david-faeh
Dr med. David Fäh

Nutritionniste

Galerie-3-Low-Fat.jpg

Les aliments gras sont connus pour faire grossir, car ce sont eux qui contiennent la plus haute densité énergétique. Pour cette raison, on renonce autant que possible aux lipides. Certaines variétés de fromage et de charcuterie sont même totalement interdites. 

Avantage: ceux qui réduisent leur apport en graisse économisent des calories, sauf s’ils les consomment dans d’autres produits. 

Inconvénient: les produits gras ne sont pas les seuls à faire grossir. Les glucides contribuent eux aussi aux bourrelets. Si on laisse tomber la saucisse pour manger davantage de pain, on n’a rien gagné. 

Conclusion: réduire l’apport en graisse, oui, mais uniquement en surveillant le nombre total de calories.

david-faeh
Dr med. David Fäh

Nutritionniste

Galerie-4-Intermittierendes-Fasten.jpg

On entend par là différentes méthodes de jeûne sur une courte période. Par exemple, on renoncera à manger chaque jour pendant 16 heures (entre le repas du soir et le petit-déjeuner), ou on ne mangera rien un jour sur deux. 

Avantage: les premières études à ce sujet laissent présumer un certain succès. La glycémie et les lipides sanguins s’en trouvent améliorés.

Inconvénient: cette forme d’alimentation est difficilement réalisable sur le plan social. Qui aime renoncer à un souper convivial avec sa famille?

Conclusion: ne convient pas à une perte de poids sur le long terme. De plus, il n’y a pas de recommandations quant à ce que l’on doit manger.

david-faeh
Dr med. David Fäh

Nutritionniste

Galerie-5-Basenfasten.jpg

Trois à cinq petits repas par jour constitués de légumes, de fruits, d’eau ou d’infusions sont autorisés. La viande, le poisson, la charcuterie et les produits laitiers, les pâtes, les sucreries, l’alcool et le café, en revanche, sont tabous. 

Avantage: le régime laisse à penser que le corps se débarrasse de l’«excédent d’acide».

Inconvénient: les produits sains, comme la viande et le poisson maigres, disparaissent également du menu. Ce n’est pas un changement d’habitude alimentaire à long terme.

Conclusion: il n’existe aucune étude scientifique pour ce genre de jeûne. Une «hyperacidification» de l’organisme du fait de l’alimentation n’a pas de fondement médical. Ce jeûne peut être tout au plus envisagé pour initier à court terme un changement de comportement alimentaire durable.

Les articles de Dr med. David Fäh

Faites connaissance avec nos experts


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner 3 bons-saveur d'une valeur de Fr. 70.-

S'abonner