Fermer

Vivre plus sainement?

Mindfulness – le bonheur dans l’ici et le maintenant

Les personnes s’adonnant à la pleine conscience exercent leur esprit à percevoir l’instant de façon consciente et sans préjugés. Elles ressentent ainsi une paix intérieure, à la source du bonheur. L’enseignement de la pleine conscience de Bouddha est plus vivant que jamais.

Mindful eating, mindful talking, mindful everything – lorsque l’on cherche le mot de mindfulness et le terme français lui correspondant, la pleine conscience, on obtient près de 90 millions d’occurrences. Il s’agit-là d’une foule de résultats pour un principe de vie relativement simple: trouver le bonheur dans l’instant. Lorsque l’on vit en pleine conscience, on constate que le sentiment de bonheur et la joie de vivre ne proviennent pas de circonstances extérieures.

Cette idée n’est pas nouvelle. Elle s’inspire de Bouddha, ou plus précisément des «bases de la pleine conscience», l’une des principales œuvres laissées par ce fondateur de religion indien. Son enseignement, assorti d’exercices de pleine conscience et de techniques de méditation, a aussi été une source d’inspiration pour les hippies des années 1960 et la pierre fondatrice d’un mouvement pacifique mondial.

Moins de stress

La détente totale obtenue au bout du compte commence par de petites choses. Être attentif à soi-même et à son environnement rend plus heureux et plus détendu, mais aussi moins vulnérable aux disputes et au surmenage.

La méditation est ici le mot-clé. C’est-à-dire la réflexion sur le sens de la méditation et la perception de l’instant en pleine conscience. La décélération des pensées et des sentiments qui s’écoulent en continu.

Ce qui paraît simple à première vue est loin de l’être en réalité. Nous avons du mal à ne penser à rien. Mener une conversation sans intégrer inconsciemment les expériences passées ni les préjugés est presque impossible si l’on ne dispose pas des techniques adaptées. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Toujours bien respirer

Chaque méditation commence par des exercices de respiration. On se concentre alors sur l’inspiration et l’expiration, en essayant d’interrompre le flux incessant de la pensée pour rediriger régulièrement toute son attention sur la respiration. Cela semble facile mais l’on y parvient seulement qu’avec beaucoup d’habitude.

Cette introspection et cette concentration ont pour objet de faire voir les choses de façon plus détendue, en laissant par exemple passer une crise de colère sans y céder. Nous apprenons à voir le monde de manière impartiale, sans céder à la rumination. Nous nous exerçons à la pleine conscience. 

Savoir ce que l’on vit pendant qu’on le vit

Aujourd’hui, le précepte de la pleine conscience a pénétré tous les domaines de la vie. De l’éducation des enfants en pleine conscience à la formation pour devenir un chef attentif, les offres de développement sont innombrables. Une méthode du biologiste moléculaire américain Jon Kabat-Zinn a fait ses preuves. Dès les années 1970, celui-ci a développé une technique de gestion du stress reposant sur les principes bouddhistes. Son programme «Mindfulness Based Stress Reduction» (MBSR) exerce la pleine conscience au moyen d’un mélange d’exercices de respiration et de yoga. L’objectif consiste à savoir ce que l’on vit au moment où on le vit. L’effet est simple mais séduisant: plus de sérénité, d’assurance, de compassion et moins de conflits. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Pour une conscience plus profonde

Consultez notre dossier

Mieux maîtriser les situations difficiles

Les personnes s’exerçant à la pleine conscience ont notamment plus de facilités à se lancer dans une conversation difficile. Imaginons une situation dans laquelle une mère souhaite parler avec son fils adolescent de son comportement inadapté. Chargée de toutes ses connaissances préalables, et éventuellement aussi de préjugés, la mère aura du mal à s’adresser à son fils de façon impartiale. Si elle parvient à prendre du recul et à considérer la situation exactement à ce moment, sans la juger ni l’évaluer, elle aura de bonnes chances de trouver une solution pacifique au problème.

Seul celui qui est heureux peut répandre le bonheur

Il ne s’agit pas ici de se sacrifier mais plutôt de prendre soin de soi, élément central d’une conduite de pleine conscience. Seul celui qui est heureux peut répandre le bonheur – l’écrivain brésilien Paolo Coelho souvent cité exprime ainsi la même chose.

Une méta-étude scandinave datant de 2010 a montré qu’un entraînement à la pleine conscience pouvait aussi avoir un effet médical. Les malades chroniques avaient alors un meilleur état psychique, ils étaient moins sujets à la peur, au stress et aux humeurs dépressives. Le «Mindfulness Based Stress Reduction Training» est également mis en place dans des cliniques en cas de troubles psychiques tels que les pathologies borderline, les crises de panique, les troubles du sommeil ou la migraine.

Exercice: petit-déjeuner comme un enfant

Vous souvenez-vous de quand vous avez tenté une chose pour la première fois étant enfant? Faites le test pendant un petit-déjeuner tout à fait normal. Regardez la nourriture sans penser à rien. Percevez-le d’abord par les yeux, puis mettez-le en bouche, goûtez tout ce que vous pouvez et vivez de façon consciente l’instant où vous mastiquez, avalez et percevez le goût.

Chaque fois que vous vous surprenez à laisser aller vos pensées, revenez au moment présent et restez devant votre petit-déjeuner jusqu’à ce que vous ayez tout avalé. Vous aurez alors bien assez de temps pour préparer la journée qui commence.

de Gerda Portner,

publié le 03.08.2018


Cela pourrait également vous intéresser: