Fermer

Vivre plus sainement?

Comme une piqûre dans le postérieur

Avec ce type de douleur, beaucoup pensent: aïe, un disque intervertébral. Cependant, il est fréquent qu’il s’agisse simplement de la contracture d’un muscle.

Une tension dans la fesse, qui irradie dans la jambe et qui ne s’atténue pratiquement pas: il est clair que cela doit être un nerf sciatique enflammé ou une hernie discale, pensent tout de suite les personnes concernées. Même si elles sont similaires, ces douleurs sont fréquemment causées par un tout petit muscle, le piriforme. Ce muscle en forme de poire, épais comme le doigt, est responsable de la rotation extérieure de l’articulation de la hanche. Il se trouve sous les muscles fessiers, reliant le sacrum à l’arête supérieure du fémur, et il est donc très proche du nerf sciatique.

Muscle gonflé, douleur aiguë

En cas de sollicitation unilatérale, le muscle se contracte, gonfle, appuie sur le nerf et le bloque. Ce syndrome dit du muscle piriforme est à l’origine de symptômes analogues à ceux d’une hernie discale: douleurs aiguës ou lancinantes dans le fessier, irradiant jusqu’au milieu de l’arrière de la cuisse, impression d’insensibilité et picotements jusque dans les orteils ou douleurs dans la région lombaire, qui s’aggravent quand on reste assis longtemps.

Diagnostic difficile

Beaucoup de patients font l’objet d’un traitement inadapté ou sont même parfois opérés inutilement. Chez des sujets minces, il est pourtant possible de palper le muscle piriforme à l’arrière du fessier, des tests de mouvement et des examens neurologiques simples pouvant aussi aider. Un indice important: des douleurs à la rotation extérieure sous résistance de la jambe étirée ou à l’écartement, hanche fléchie. Alors que dans le cas d’une hernie discale, la douleur peut irradier jusque dans les orteils, on ne ressent la sciatique, la plupart du temps, que jusque dans la cuisse dans le cas du syndrome du muscle piriforme. (poursuivez votre lecture ci-dessous...) 

En lien avec le sujet

Eviter les sollicitations unilatérales

Rester assis longtemps, solliciter unilatéralement le muscle par une position fléchie vers l’avant prolongée ou soulever des objets lourds sont nuisibles pour le piriforme. Ce syndrome douloureux se manifeste aussi fréquemment chez les coureurs, notamment lorsqu’ils présentent des particularités anatomiques comme des jambes de longueur différente ou un axe de la jambe décalé. Pratiquer un sport qui compense les sollicitations quotidiennes est important. Il est conseillé aux personnes qui restent beaucoup assises de changer plus souvent de position et de se lever régulièrement.

Lutter activement contre la douleur

Des exercices d’étirement ciblés détendent la musculature contractée et, associés à de la musculation, préviennent les problèmes persistants. La thérapie manuelle traite les points de déclenchement douloureux: des fibres musculaires raccourcies, perceptibles comme des nodules durcis.

En la matière, il est aussi possible de s’aider soi-même. La balle de tennis est un bon moyen pour cela. On la place sous le fessier et on fait passer dessus le muscle durci en s’arrêtant là où les douleurs sont les plus intenses et en exerçant une pression jusqu’à ce qu’elles s’atténuent. Pendant la phase initiale, analgésiques et anti-inflammatoires peuvent s’avérer utiles.

Comme c’est si souvent le cas, là aussi, plus les douleurs sont traitées tôt, plus vite elles disparaissent.

de Barbara Kandler-Schmitt,

publié le 13.11.2017


Cela pourrait également vous intéresser: