Fermer

Vivre plus sainement?

Le cerveau a besoin d’une protection

Le sport ou de petits accidents peuvent rapidement entraîner une commotion cérébrale. Il est important de réagir correctement et de ne pas sous-estimer l’incident.

Vous tombez car vous avez raté un virage pendant une course en descente ou en pratiquant un autre sport? Si votre tête heurte une surface dure et que vous ne portez aucune protection, cela peut rapidement entraîner une commotion cérébrale. Environ 12’000 commotions cérébrales ont été signalées à la Suva (assurance accidents) en 2018.

Le nombre est en constante augmentation depuis des années. Cette forte hausse est également due au fait que les gens consultent plus souvent leur médecin après avoir subi un choc à la tête. Les trois quarts des traumatismes cranio-cérébraux sont des «lésions cérébrales traumatiques mineures», désignées aussi sous le terme de commotion cérébrale.

Les symptômes typiques d’une commotion cérébrale

Une commotion cérébrale peut entraîner une perte de connaissance. Cela se produit dans quasiment un cas sur dix. Certains patients n’ont que des maux de tête, d’autres sont pris de vomissements. Parfois ils souffrent de vertiges, de difficultés de concentration ou de somnolence. En outre, le temps de réaction peut être plus lent et des troubles de l’attention peuvent apparaître. Sur le long terme, une commotion cérébrale entraîne parfois des maux de tête persistants, des troubles du sommeil et une humeur dépressive.

Diagnostic de commotion cérébrale

Un examen médical est nécessaire pour écarter l’éventualité de blessures graves. En général, le patient est surveillé à l’hôpital pendant 24 heures. Cela permet de détecter d’éventuelles conséquences graves telles qu’un œdème cérébral ou une hémorragie. Si elles ne sont pas détectées, ces conséquences peuvent s’aggraver, voire devenir mortelles. Une tomographie computérisée est donc effectuée dans la plupart des cas. Celle-ci permet de déceler une éventuelle hémorragie, une blessure de l’os crânien ou des tissus mous. (Voir suite ci-dessous...)

Voici comment réagir en cas de blessure sportive

Vers le dossier

Important pour des raisons d’assurance

Cet examen médical peut également être important pour des raisons d’assurance. Les résultats de cet examen et leur documentation sont essentiels, notamment en présence de lésions concomitantes, par exemple au niveau de la colonne cervicale («coup du lapin»).

Thérapie

Porter un casque & consulter un médecin
  • Minimisez les risques et portez un casque, p. ex. lorsque vous faites du vélo ou du ski.
  • Consultez un médecin si vous souffrez de pertes de connaissance, de maux de tête, de nausées/vomissements, de troubles de la motricité ou de l’équilibre.
  • Il n’existe pas de médicament contre les commotions cérébrales – le meilleur remède est de se ménager, d’apprendre à lever le pied et de discuter avec le médecin du comportement à adopter.
  • Contre les maux de tête, l’aspirine n’est pas recommandé. Son effet anticoagulant peut renforcer plus tard une éventuelle hémorragie cérébrale. Consultez votre médecin, lequel vous prescrira les analgésiques appropriés.

La thérapie complémentaire pour un traumatisme cranio-cérébral mineur consiste généralement en un ou deux jours de repos pour le corps et l’esprit. Si la personne n’est pas sensible à la lumière et au bruit et qu’elle ne souffre pas de vertiges, elle peut faire une promenade le jour même et devenir progressivement plus active les jours suivants. Toutefois, si les symptômes s’aggravent de nouveau, elle doit réduire de nouveau ses activités.

Si la personne blessée ne se repose pas physiquement, elle risque de ressentir encore longtemps les conséquences de la commotion cérébrale: la fatigue, les maux de tête, les nausées, les vertiges et les troubles de l’équilibre, la diminution des performances et de la concentration peuvent se révéler tenaces. 

(Voir suite ci-dessous...)

Reprise du sport

Les personnes concernées ne doivent pas recommencer à faire du sport avant que le médecin ne les y autorise. La reprise des efforts doit se faire progressivement pour minimiser le risque d’un nouvel accident. En cas de nouveau traumatisme cérébral pendant la phase de guérison, les conséquences peuvent alors être beaucoup plus graves que lors du premier.

de Dr Roberto Llano,

publié le 07.12.2016, révisé le 16.07.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant