Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Après plus d’un an de télétravail: Réussissez votre retour au bureau

Enfin! Nous allons progressivement pouvoir reprendre le chemin du bureau. Mais après cette année à travailler depuis chez soi, la fin du télétravail sera elle aussi synonyme de bouleversement. Découvrez les embûches à éviter et comment y parvenir.

On le sait, l’amour du rythme et de la danse est une caractéristique humaine universelle. Mais notre rapport aux rythmes va bien plus loin: comme pour n’importe quel organisme vivant, ceux-ci sont inhérents à notre fonctionnement. En témoignent notamment le rythme veille-sommeil et le biorythme, que nous documentons aujourd’hui si volontiers au moyen d’un traqueur d’activité. Habitudes et séquences routinières sont elles aussi source de régularité. Mais face à des imprévus, nous courons le danger de perdre la cadence et de nous retrouver déboussolé-es.

Le coronavirus fait partie de ces imprévus. «La pandémie nous a brutalement arrachés à nos habitudes et propulsés hors de notre zone de confort. Cela a déclenché des peurs et donné jour à un climat d’incertitude», explique Patrick Stäuble, directeur du service Corporate Health de Medbase, lequel se compose des domaines Medbase Fit im job, Medbase Checkup Center Zurich et Médecine du travail. Il y dispense ses conseils à des particuliers et des entreprises et sait donc où le bât blesse.

Si on lui demande l’impact qu’aura ce retour à la vie normale sur le psychisme, il répond: «Les gens ont été secoués dans tous les sens pendant plus d’un an et on leur demande maintenant de reprendre le travail comme si de rien n’était. Ils ont des envies de normalité, mais les choses ne seront plus comme avant. Cette situation est source de nouvelles incertitudes.»

À ses yeux, la meilleure attitude à adopter dans une telle situation est la suivante: «Ne pas perdre son énergie avec des choses auxquelles nous ne pouvons rien, mais accepter ce qui est. Et si l’on veut agir, le mieux est de ne s’imposer de choses qu’à soi-même. C’est de cette façon que l’on pourra atteindre le plus de résultats.»

Patrick Stäuble trouve également important de ne pas tomber dans le rôle de la victime. Mais comment y parvenir concrètement? «Si vous vous trouvez dans une situation que vous avez du mal à gérer, projetez-vous dans l’avenir et demandez-vous ce que vous en penserez dans six mois ou un an et quel sera alors votre ressenti.»

(Voir suite ci-dessous...)

Autre conseil de Patrick Stäuble, en plus de regarder vers l’avenir: se concentrer sur le positif – en particulier si l’on rumine le soir au moment d’aller dormir. «Avant de vous coucher, faites la liste de tout ce que vous avez réussi ce jour-là et des bons moments vous avez vécus.» 

Si vous agissez ainsi chaque jour pendant un mois, vous remarquerez peu à peu que vous cessez de vous focaliser sur le négatif. «Penser et se comporter autrement demande de l’entraînement. Se relaxer aussi d’ailleurs», souligne Patrick Stäuble. Pour ne pas mettre le succès de cette démarche en péril, il faudrait ne consulter les actualités (au moins celles qui concernent le coronavirus) que durant la journée, ou en début de soirée au plus tard – voire pas du tout.

Vous trouverez ci-dessous d’autres conseils pour vous aider à vous préparer mentalement à accueillir ce nouveau changement et à repartir du bon pied dans votre nouveau quotidien, pas seulement au niveau professionnel d’ailleurs.

Dressez un bilan

Avant tout changement, il est bon de marquer une courte pause et de se demander comment l’on se sent et ce que l’on a dont on ne voudrait plus se passer désormais. Par exemple, devoir pratiquer le télétravail a permis à beaucoup de gens de découvrir que faire une promenade avant le travail leur faisait du bien; ou bien que finalement, ils aiment faire la cuisine, discuter avec leurs parents au téléphone ou simplement passer plus de temps avec leur partenaire ou leurs enfants – même s’ils sont parfois un peu casse-pieds.

Alors prenez un moment en famille, en couple ou même seul-e pour noter tout ce que vous avez appris de positif en ces temps difficiles et que vous souhaitez conserver. Puis réservez le temps qui convient à toutes ces choses dans votre agenda

Patrick Stäuble conseille aux chef-fes de faire de même avec leur équipe. «La pandémie a assoupli les vieux schémas. Nous avons aujourd’hui l’occasion de changer ce qui mérite de l’être et de mettre en place de nouvelles choses.» Dans l’idéal, les entretiens auront lieu dans les quatre premières semaines. «Après, chacun aura repris ses vieilles habitudes et on aura manqué le coche.»

Si vous faites partie de ces gens qui voudraient continuer à faire plus régulièrement du télétravail, c’est aussi le moment d’en parler avec votre chef-fe.

(Voir suite ci-dessous...)

Laissez-vous du temps

Passer de semaines entières d’isolement à un bureau en open space est un réel bouleversement aussi bien émotionnel que social. «Ne reprenez pas aussi brutalement qu’il vous a fallu ralentir en mars 2020. Prenez le temps de vous habituer à votre nouvelle réalité, conseille Patrick Stäuble. Les chefs aussi devraient laisser du temps à leurs employés. Au sein des équipes, il faudra examiner ouvertement les besoins de chacun.» 

Montrez-vous aussi respectueuse ou respectueux d’autrui dans l’open space: les extraverti-es supportent mieux le bruit et l’agitation que les introverti-es, qui souffrent plus rapidement d’hyperstimulation.

Si vous remarquez que vous arrivez à vos limites, faites de courtes pauses plus fréquentes, si possible seul-e dans un endroit tranquille à l’air libre. Les premiers temps, partager le repas de midi avec l’équipe vous permettra en outre de vous tenir mutuellement au courant et de vous remettre dans le rythme du groupe.

Prêtez attention aux premiers signes de stress

«L’organisme est fantastique, estime Patrick Stäuble. Il donne très tôt l’alarme quand il arrive à ses limites.» Maux de tête, tensions au niveau de la nuque et des épaules, problèmes gastriques et troubles du sommeil, palpitations cardiaques, acouphènes et irritabilité font partie des symptômes engendrés par le surmenage. 

Il est alors bon de se détendre, par exemple au moyen de spas, de massages, de méditation, de yoga, de relaxation musculaire progressive ou encore d’exercices de respiration. Si rien de tout ceci ne vous parle, il existe un autre moyen: «Rien de tel que l’activité physique! affirme Patrick Stäuble. Allez prendre l’air au moins une fois par jour et marchez d’un bon pas. Cela stimule la production de sérotonine, l’hormone du bonheur.»

(Voir suite ci-dessous...)

Faites le plein de motivation

Quand l’heure d’agir est venue, mais que vous avez du mal à sauter le pas, voici une astuce pour vous donner du courage: «Créez-vous une motivation», suggère Patrick Stäuble. Qu’entend-il par là? «Représentez-vous visuellement votre objectif et la situation qui sera la vôtre quand vous l’aurez atteint.» Faites également vôtre la devise: «Moins, c’est plus!». «Fixez-vous de petites étapes. La plupart des gens échouent parce qu’ils veulent en faire trop à la fois», affirme Patrick Stäuble.

Rappelez-vous comment étaient les choses avant

Respecter les règles de sécurité

La joie de revoir vos collègues ne doit pas vous faire oublier l’obligation de porter le masque ni les règles de distanciation sociale et les mesures d’hygiène à respecter. Continuez à vous laver les mains et à les désinfecter soigneusement et régulièrement, toussez et éternuez dans votre coude et restez chez vous aux premiers signes de maladie. Respectez également les règles en vigueur chez votre employeur.

Vous peinez encore à vous adapter? Demandez-vous comment étaient les choses avant le coronavirus et ce qui a changé dans l’intervalle. Peut-être avez-vous adopté des comportements avec le télétravail qui posent aujourd’hui problème? Ou peut-être avez-vous purement et simplement oublié comment on faisait avant? Quoi qu’il en soit, prenez maintenant l’habitude d’aller voir plus souvent vos collègues en personne plutôt que de vous contenter de leur envoyer des e-mails. Patrick Stäuble: «Mettez à l’honneur les échanges de banalités. Ceux-ci passent à la trappe avec le télétravail parce les discussions se limitent généralement au domaine professionnel. Mais les gens ont besoin d’échanges informels. C’est une manière de cultiver les rapports avec autrui.»

de Ringier Brand Studio / Cilgia Grass,

publié le 09.06.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner un an de courses pour Fr. 3’000

S'abonner
geschenk-icon.jpg