Fermer

Vivre plus sainement?

«Faire la sourde oreille» avec les acouphènes

Près de 20% de la population des pays industrialisés souffre d’acouphènes et entend des sons qui n’en sont pas. Parfois, il est utile de faire la sourde oreille.

christoph-seitler.jpg
Dr. Christoph Seitler

Dr. Christoph Seitler est spécialiste FMH en médecine interne générale chez Medbase à Weinfelden.

Les acouphènes sont en majeure partie des «bruits fantômes», tel que décrits dans les douleurs fantômes. Il n’existe pas de source sonore attestable susceptible de les expliquer. Il s’agit plutôt d’un trouble survenant dans une partie de notre cerveau, la voie auditive, qui nous fait prendre conscience des ondes sonores venant de l’extérieur et laisse ainsi une sensation auditive.

De multiples causes

Les causes d’un tel trouble sont multiples et peuvent être localisées tout le long du chemin acoustique menant du conduit auditif externe au nerf auditif. Outre les affections du canal auditif et du tympan, ce sont surtout les maladies de l’oreille interne, et en particulier de la cochlée, qui jouent ici un rôle. Les traumatismes sonores aigus et chroniques, les suites d’accidents de plongée, la surdité brusque et ses nombreuses origines, les effets secondaires médicamenteux ou la surdité liée à l’âge n’en sont que quelques exemples.

Mais des bruits parasites venant du corps lui-même peuvent aussi être perçus de façon occasionnelle ou pulsatile. Les acouphènes sont aussi possiblement liés à des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire. Ce bourdonnement d’oreilles peut aussi survenir après des blessures de la colonne cervicale. Quoi qu’il en soit, la science n’est pas en mesure d’expliquer le mode d’apparition de ces bruits.

Couvrir les sons gênants par des sons agréables

Les acouphènes aigus ne durent pas plus de trois mois et, pour 80% des personnes concernées, ils disparaissent d’eux-mêmes. Soigner cette pathologie chronique n’est pas chose facile. Le recours à des médicaments ne se justifie que pour le traitement des troubles concomitants possibles tels que problèmes de sommeil, états anxieux ou dépressions. L’attitude positive du patient est essentielle. On s’appuie alors sur l’effet placébo.

S’habituer aux bruits

Comment prévenir les acouphènes
  • Arrêter de fumer
  • Eviter l’exposition au bruit, en termes de volume et de durée
  • Tenir compte des effets secondaires des médicaments

Pour lutter contre le problème, il est préconisé de s’habituer au bruit (habituation). Les malades apprennent alors à «faire la sourde oreille» ou à ignorer le son, comme le font les personnes qui vivent le long d’une voie ferrée. La «Tinnitus Retraining Therapie» utilise notamment des appareils qui produisent des sons agréables, tels que le clapotis d’un ruisseau, et réduisent ainsi les sensations négatives vis-à-vis des acouphènes.

La thérapie cognito-comportementale produit également de l’effet en cherchant à améliorer l’attitude face aux bourdonnements. Chez les patients souffrant de surdité extrême de l’oreille interne, des implants cochléaires peuvent améliorer les acouphènes jusqu’à 75%. Un entraînement autogène, du Qi Gong ou de la musculation musculaire progressive selon Jakobson pratiqués en accompagnement peuvent contribuer au succès du traitement.

de Dr med. Christoph Seitler,

publié le 13.04.2018


Cela pourrait également vous intéresser: