Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Noël avec les grands-parents malgré le coronavirus

Noël approche certes à grands pas, mais le coronavirus aussi. Peut-on tout de même fêter Noël ensemble? 9 astuces pour une fête sans risques.

Cette année, il nous faut faire preuve d'imagination. Comme nous le savons tous, le nouveau coronavirus profite des manifestations sociales pour se propager d’une personne à l’autre. Ces stratégies mettent des bâtons dans les roues du virus ou réduisent au moins le risque d’infection.

1. Noël à distance

La façon la plus sûre de célébrer Noël sans virus est via Internet. Cela peut être amusant, mais ce n’est pas pour tout le monde.

2. Célébrer à ciel ouvert

Un Noël en forêt ou dans un champ, avec le respect des distances et des vêtements festifs chauds, complique la tâche aux virus. Quand l’air est froid, on peut voir également l’air expiré par les autres personne et se tenir à distance en conséquence.

3. D’abord quarantaine, puis Noël

En moyenne, il faut cinq à six jours entre l’infection et l'apparition des premiers symptômes du nouveau coronavirus, mais cela peut aussi prendre 14 jours. Si toutes les personnes souhaitant venir à la fête s’isolent, si possible 14 jours avant – cela impliquerait aussi de retirer les enfants de l’école – alors la probabilité que quelqu’un apporte le coronavirus à la fête de Noël devient beaucoup plus faible.

Cela ne peut toutefois pas être totalement exclu car environ une infection sur trois à cinq se déroule sans symptômes. Chez les enfants, on compte 90 infections non détectées par infection détectée, chez les personnes âgées, ce ratio est beaucoup plus faible. Après tout, Les personnes infectées asymptomatiques sont vraisemblablement un peu moins contagieuses que celles qui présentent des symptômes.

4. Se faire tester avant la fête

La stratégie la plus coûteuse consiste à faire passer à chacun un test de dépistage du coronavirus juste avant l’événement. Dans ce cas, les 180 francs du test PCR ou 60 francs du test antigénique doivent être payés par les participants eux-mêmes. L’inconvénient de cette variante: si le résultat du test est «négatif», on ne peut pas être sûr à 100% de ne pas être contagieux. Les tests antigéniques approuvés en Suisse permettent d’éviter environ 13 infections sur 100, les tests PCR environ 12 sur 100. En outre, il peut également y avoir de faux résultats positifs. Dans ce cas, le test indique à tort une infection qui n’est pas présente.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le dossier

Le test antigénique détecte les virus actifs et infectieux et ne devient positif que lorsque des symptômes apparaissent. Mais l’on est déjà contagieux avant cela. Quatre à cinq jours après la fin des symptômes, le test antigénique redevient négatif, après quoi on est presque certain de ne plus être contagieux.

Le test PCR, quant à lui, détecte à la fois les virus actifs et les virus détruits. Il peut devenir positif un à trois jours avant l’apparition des premiers signes et peut même le rester jusqu’à trois mois plus tard. Mais l’on n’est plus contagieux depuis alors longtemps. En règle générale, il redevient négatif cinq à sept jours après la fin des symptômes.

5. Passer un CD au lieu de chanter

Le célèbre chant de Noël «Douce nuit...», ou «Silent night...» en anglais, sera le chant phare de cette année. En effet, plus l’on parle fort, plus la probabilité d’infection est grande si quelqu’un est contagieux. Au lieu de chanter ensemble devant l’arbre de Noël, mieux vaut utiliser le CD cette année. Quant à la musique de fond, il est préférable de la jouer à faible volume afin d’éviter que tout le monde ne parle pas plus fort pour se faire entendre, ce qui entraînerait aussi l’émission d’une plus grande quantité de virus.

6. Se laver les mains et aérer

Si quelqu’un devait effectivement apporter le coronavirus à la fête, la probabilité de transmission pourrait être réduite grâce aux mesures connues: garder ses distances, ne pas se toucher le visage, se lavez les mains, aérer régulièrement et limiter le temps passé ensemble. Les membres de la famille pourraient aussi porter des masques et les enlever juste pour manger. Mais tout cela ne garantit pas une protection à 100% contre l’infection.

De bons dispositifs de filtrage de l’air dotés de filtres HEPA peuvent nettement réduire le nombre de virus dans l’air. On ignore si les humidificateurs compliquent le «saut» des virus d’une personne à l’autre. Et les lampes parfumées aux huiles essentielles comme moyen de désinfection de l’air ambiant n’ont pas encore été étudiées dans le cadre des études sur le nouveau coronavirus.

7. Pas d’amuse-bouche

Les amuse-gueules sont tabous cette année. Les cacahuètes ou autres, où chacun plonge la main dans le même bol encore et encore, ne sont pas non plus recommandées. Il va sans dire que chacun ne doit boire que dans son verre, manger uniquement dans son assiette et utiliser son propre essuie-main dans la salle de bain. Étant donné que trop d’alcool – en plus d’avoir d’autres effets désagréables – incite à oublier les mesures de protection et à parler plus fort, il est judicieux d’en limiter la consommation.

8. Noël au Nouvel An

Personne ne sait encore dans quelle mesure les vaccins actuellement en cours de développement protégeront contre la transmission et le développement de formes graves de la maladie. S’ils répondent aux espoirs placés en eux, il pourrait valoir la peine de reporter Noël après l’arrivée du vaccin.

9. Évaluation générale de la situation

Brièvement:
  • Si une personne présente actuellement des symptômes du coronavirus, cela signifie malheureusement qu’elle devra rester chez elle et célébrer seule.
  • Pour les personnes qui ont déjà eu le coronavirus, les experts supposent qu’elles restent immunisées contre une nouvelle infection pendant au moins trois mois. Mais ici aussi: ce n’est pas sûr à 100%.
  • Les tests d’anticorps peuvent indiquer une infection passée.
  • Cependant, les autotests d’anticorps vendus sur Internet restent considérés comme peu fiables et l’Office fédéral de la santé publique déconseille de les utiliser. Si le résultat était correct, un résultat positif signifierait que l’infection par le nouveau coronavirus est déjà terminée.

Cette année, Noël sera placé sous le signe de la responsabilité envers soi-même, mais aussi envers les autres. Quelle est la situation dans la famille, dans la région, dans le pays? Et comment les grands-parents et les membres de la famille présentant un risque plus élevé de développer une forme grave du COVID-19 aimeraient-ils fêter Noël? Discutez ensemble et suffisamment tôt de l’organisation des fêtes de cette année.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 07.12.2020, ajusté le 15.12.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner un an de courses pour Fr. 3’000

S'abonner
geschenk-icon.jpg