Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

L’auto-examen des seins

Une femme sur huit développera un cancer du sein au cours de sa vie. Si la tumeur est découverte avant de former des métastases, les chances de guérison sont très bonnes.

L'examen des seins commence par une observation minutieuse devant le miroir: la peau du sein a-t-elle changé à un endroit? Est-elle rouge par exemple? Y a-t-il des creux ou des bosses visibles sous la peau? Le mamelon est-il toujours pareil?

Ensuite, le sein et l'aisselle sont palpés avec le bout des doigts. Le mieux est de placer un bras au-dessus de la tête et de palper avec les doigts de l'autre main. «Chaque femme doit faire clarifier rapidement de nouvelles grosseurs, des changements de forme, des rétractions de la peau, des rougeurs de la peau du sein ou des écoulements du mamelon», conseille Cornelia Leo, responsable du centre interdisciplinaire du sein à l'hôpital cantonal de Baden.

Les hommes peuvent aussi contracter un cancer du sein

Cela vaut également pour les hommes: pour 100 femmes atteintes d'un cancer du sein, il y a un homme atteint de cette maladie. Si le sein devient plus gros, qu'un durcissement est palpable ou qu'un ganglion lymphatique gonflé est ressenti dans l'aisselle, il faut demander conseil.

Il y a un bémol à l'auto-examen: «Certaines femmes dont le tissu mammaire présente plus de nodosités ont tendance à être déstabilisées par l'auto-palpation. Dans ce cas, il n'est pas grave de s’en passer», dit Cornelia Leo. Il est également rassurant de constater que les grosseurs palpées se révèlent souvent bénignes après un examen plus approfondi par mammographie, échographie et/ou IRM.

Mammographie pour la détection précoce du cancer du sein

Toutefois, l'auto-palpation ne convient pas comme méthode de détection précoce du cancer du sein. Elle ne réduit pas non plus la mortalité due au cancer du sein. En effet, une tumeur du sein ne peut généralement être palpée qu’une fois qu’elle est déjà grosse. La spécialiste des seins Claudia Rauh, responsable du service de sénologie à la Clinique universitaire de gynécologie de l'Inselspital à Berne, estime néanmoins que la palpation régulière des seins est judicieuse «car elle renforce la connexion avec son propre corps». Les changements au niveau des seins se remarquent plus rapidement lorsqu'une femme connaît bien ses seins. Un cancer sur trois chez la femme touche le sein.

Se soumettre régulièrement à une mammographie dans le cadre d'un programme de dépistage de qualité contrôlée est bien plus adapté à la détection précoce. Les deux seins sont alors radiographiés. La mammographie permet de détecter le cancer du sein à un stade précoce. En effet, les tumeurs présentent souvent de minuscules dépôts de calcium qui sont visibles sur la radiographie - et cela se produit généralement bien avant que le cancer ne se manifeste par des symptômes.

En moyenne, le dépistage par mammographie permet de détecter un cancer du sein chez six femmes sur 1000. Chez 24 femmes sur 1000, il y a d'abord une suspicion de cancer du sein, qui n'est pas confirmée après des examens complémentaires.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le dossier

Guérison possible chez près de 90% des femmes

«De nos jours, le cancer du sein peut être guéri chez près de neuf femmes sur dix. Plus la maladie est détectée tôt, plus les chances sont grandes», explique Claudia Rauh, responsable du service de sénologie de la clinique universitaire de gynécologie de l'Inselspital de Berne. «Mais malheureusement, il arrive souvent que des femmes ne viennent nous voir qu’une fois que le cancer du sein est déjà très avancé.»

Claudia Rauh conseille d'effectuer le dépistage par mammographie dans un centre dont la qualité est contrôlée et où l'équipe a beaucoup d'expérience et doit garantir des normes de qualité élevées. «Dans les centres du sein certifiés, les résultats des traitements sont régulièrement contrôlés», précise Claudia Rauh.

L'âge est le plus gros facteur de risque

Cinq à dix tumeurs du sein sur 100 sont d'origine génétique. La célèbre actrice américaine Angelina Jolie, par exemple, possède un tel «gène du cancer du sein».

Dans tous les cas, cependant, plusieurs facteurs défavorables sont réunis. Le facteur le plus important est l'âge: la grande majorité des cancers du sein surviennent après 50 ans.

Avoir des enfants avant l'âge de 25 ans et allaiter pendant au moins six mois aurait également un effet positif, car les hormones jouent également un rôle dans le développement du cancer du sein.

Un mode de vie sain diminue le risque

«Viser un poids corporel sain, ne pas fumer et boire de l'alcool avec modération sont des facteurs qui réduisent le risque de cancer du sein. Cela permet également de prévenir les maladies cardiovasculaires et d'autres cancers», explique Claudia Rauh.

Mais même avec le mode de vie le plus équilibré, le cancer du sein ne peut pas toujours être évité. «Il n'y a aucune garantie de ne pas contracter un cancer du sein.»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 29.09.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Migros s'engage avec Pink Ribbon contre le cancer du sein

En savoir plus
pink-ribbon.jpg0