Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Vrai ou faux? Réponse à 15 affirmations concernant le refroidissement

Le sport rend-il plus vulnérable aux refroidissements? Combien de temps dure un refroidissement? Et comment se contamine-t-on? 15 réponses sur le refroidissement.

1. Les adultes ont environ trois refroidissements par an.

C’est vrai. Les enfants sont enrhumés environ cinq à huit fois par an. Environ un enfant sur dix, par ailleurs en bonne santé, a même plus de douze refroidissements par an. Et pour les enfants qui vont à la crèche, il est normal d’avoir jusqu’à 13 refroidissements par an. Pour les adultes en revanche, trois refroidissements par an constituent la moyenne habituelle. Ceux qui s’occupent de jeunes enfants sont enrhumés plus souvent. Statistiquement, ce sont les personnes âgées qui ont le plus faible nombre de refroidissements.

2. On attrape un refroidissement lorsqu’on prend froid.

Oui et non. Un agent pathogène, généralement un virus, est toujours à l’origine d’un refroidissement. Quand on prend froid, cela lui facilite la tâche car les muqueuses sont alors moins bien irriguées. Un bain court et chaud fait souvent du bien en cas de début de «refroidissement». En cas de fièvre, il ne faut pas prendre de bain chaud afin de ménager la circulation sanguine.

3. Un whisky ou un grog peut éviter un refroidissement.

Pas du tout. Car l’alcool ne fait pas du bien au corps et le rend encore plus vulnérable aux refroidissements. Certes, il est important de boire suffisamment pour que les muqueuses restent humides. Si les muqueuses s’assèchent, les agents pathogènes peuvent pénétrer plus facilement. Mais à la place de l’alcool, il est préférable de boire de la tisane contre les refroidissements, du lait avec du miel (contre la toux) ou de l’eau.

4. Le manque de sommeil et le stress favorisent les refroidissements.

Tout à fait. Certaines études ont montré que les personnes qui dorment moins de six à sept heures par nuit ont tendance à être plus sujettes aux refroidissements. Le manque de sommeil a un effet défavorable sur le système immunitaire. Cela vaut également pour le stress durable.

5. Une bonne hygiène des mains peut réduire de moitié le nombre de refroidissements.

C’est vrai. La majorité des refroidissements se transmettent par les mains. L’hygiène des mains est donc l’un des moyens les plus efficaces pour éviter d’attraper un refroidissement. De l’eau et du savon suffisent amplement. Les savons antimicrobiens spéciaux sont inutiles pour un usage normal.

6. Le sport peut rendre plus vulnérable aux refroidissements.

Oui. En général, les personnes sportives ont tendance à être plus résistantes que les personnes qui ne bougent pas du tout. Mais lors d’un entraînement très intensif ou après des compétitions, les athlètes sont plus vulnérables aux refroidissements.

7. Le vaccin contre la grippe protège contre les refroidissements.

Non. Il protège une partie des personnes vaccinées contre la véritable grippe (influenza). Son efficacité dépend entre autres de l’âge de la personne vaccinée et de l’adéquation du vaccin aux virus de la grippe en circulation. Il n’offre aucune protection contre les autres virus causant des refroidissements.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le dossier

8. Un refroidissement dure une semaine.

Seulement si on a de la chance; en général, un refroidissement dure plus longtemps. Une toux peut durer trois semaines, un gros rhume deux à trois semaines. En moyenne, un refroidissement dure dix jours.

9. Un refroidissement passe plus vite avec un antibiotique.

Faux. Plus de 90% des refroidissements sont causés par des virus – et aucun antibiotique n’est efficace contre les virus. Ces médicaments ne sont utiles que contre les bactéries. Néanmoins, de nombreux patients et patientes s’attendent encore à se voir prescrire un antibiotique lorsqu’ils ont un refroidissement. Cela n’est pourtant utile que dans les rares cas où la maladie est causée par des bactéries.

10. La fièvre peut être utile.

Tout à fait. Avec la fièvre, le système immunitaire entre en action. Elle rend également plus difficile la multiplication de certains virus et bactéries dans l’organisme. Et la fièvre présente également un avantage pour les autres personnes qui pourraient être contaminées: les personnes fiévreuses ont plus tendance à rester à la maison. Cependant, il serait faux d’en conclure que la fièvre est nécessaire pour combattre une infection. Car le système immunitaire peut gérer de nombreuses infections sans fièvre.

11. Avoir une forte fièvre est dangereux.

Ça dépend. Une forte fièvre peut être dangereuse, mais ne l’est pas forcément. Cependant, comme cela est difficile à évaluer pour les profanes, le conseil est le suivant: en cas de forte fièvre, consulter rapidement un médecin. L’état général, l’âge, la réaction et les maladies (sous-jacentes) du patient ou de la patientes sont au moins aussi importants que la température corporelle en cas de fièvre.

12. Les refroidissements graves se reconnaissent à une forte fièvre.

Ces personnes doivent consulter rapidement un médecin:
  • les femmes enceintes, les personnes très jeunes et très âgées
  • les personnes souffrant d’immunodéficience, d’asthme ou de la maladie pulmonaire BPCO
  • toutes les personnes présentant des signes d’alerte

Les signes d’alerte sont les suivants:

  • fièvre pendant trois jours ou plus
  • le refroidissement s’aggrave au lieu de s’améliorer au cours des cinq à dix jours qui suivent son apparition
  • respiration très rapide ou même difficulté à respirer
  • frissons
  • personnes malades qui ne peuvent plus boire ou qui n’urinent presque plus
  • la personne malade ne réagit plus comme d’habitude lorsqu’on lui parle ou a du mal à se réveiller
  • la personne malade se comporte de manière inhabituelle, par exemple elle émet des bruits étranges comme des grognements

Faux. Il existe des infections graves qui s’accompagnent d’une légère augmentation de la température seulement, voire d’une faible température (inférieure à 36 degrés Celsius). Souvent, par exemple, les bébés de moins de deux mois ne peuvent pas encore avoir de fortes fièvres. Ils peuvent ainsi avoir, malgré une maladie grave, une température juste un peu élevée ou même normale. Il faut donc faire particulièrement attention avec les enfants de moins de deux ans.

13. Il faut garder le lit en cas de fièvre.

Oui, il est logique de se ménager. La règle de base est la suivante: ne retourner à l’école ou au travail qu’après au moins un jour sans fièvre. Il est préférable de ne pas exiger de son corps des performances maximales immédiatement après avoir vaincu un refroidissement, et par exemple de ne pas s’entraîner de manière très intensive. Il est mieux d’attendre jusqu’à ce que l’on se sente à nouveau en pleine forme.

14. Au sauna, on chasse le refroidissement en transpirant.

Non. Quand le refroidissement est déjà là, il est trop tard pour le sauna. Cela ne fait alors que perturber davantage la circulation sanguine. Cependant, aller au sauna régulièrement peut aider à prévenir les refroidissements.

15. Après un refroidissement, on est immunisé-e pendant un certain temps.

Oui et non. On est en effet immunisé-e contre l’agent pathogène – presque toujours un virus – pendant un certain temps. Mais il existe des centaines d’autres virus et types de virus qui peuvent causer des refroidissements. Les «rhinovirus» sont responsables de près de la moitié des refroidissements. Il en existe plus de 100 types différents. Quand on attrape un refroidissement, on est ensuite immunisé-e uniquement contre le type qui a causé ce refroidissement. Et en plus des rhinovirus, il existe aussi les adénovirus, les virus parainfluenza, les quatre types de coronavirus qui circulent dans notre pays depuis longtemps, les virus respiratoires syncytiaux, etc.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 02.11.2021

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser:

Courrier de noël Migros: ne laissons personne de côté

Commencer maintenant
Desktop_2880x1260.jpg