Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Fermer

Vivre plus sainement?

Vivre plus sainement?

Le meilleur entraîneur par tous les temps

Les propriétaires de chiens sont en moyenne 20% plus actifs que ceux qui n’ont pas de chien. Et ils sont assis 30 minutes de moins par jour. C’est ce que révèle une étude réalisée auprès de seniors.

Qu’est-ce qui encourage à coup sûr les seniors à sortir quand il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors? Un chien! Les personnes âgées qui sortent leur chien au moins une fois par jour bougent en moyenne davantage, même sous la pluie et lors des courtes journées d’hiver, que ne le font les seniors par une belle journée d’été.

Activités enregistrées pendant sept jours

Dans l’ensemble, les promeneurs de chiens sont 20% plus actifs que ceux qui n’ont pas de chien. Et ils sont assis 30 minutes de moins par jour, révèle une étude britannique réalisée auprès de 3123 participants âgés de 70 ans en moyenne. Sept jours durant, chacun d’entre eux a porté pendant au moins dix heures un tracker de mouvement, mais cela à différentes périodes de l’année. Aussi les chercheurs ont-ils pu relier ces informations aux données météorologiques et établir des comparaisons entre les propriétaires et les non-propriétaires de chiens.

«Une différence surprenante»

«Ce qui nous a surpris, c’est l’ampleur de la différence entre les promeneurs de chiens et le reste des participants à l’étude», déclare Yu-Tzu Wu, de l’université britannique East Anglia, l’un des auteurs de l’étude. Ceux qui avaient un chien mais n’allaient pas le promener faisaient un peu plus d’exercice que ceux qui n’en avaient pas – mais beaucoup moins que les promeneurs.

Bien plus que la thématique des promenades avec un chien, c’est l’effet de ce dernier sur la santé de son maître qui a intéressé les chercheurs. Conclusion: la probabilité de mortalité précoce des détenteurs de canidés serait entre 14 et 33 pour cent plus basse que celle des personnes sans chien, et le risque de mourir d’un infarctus de 31 pour cent inférieur.

Les personnes ayant déjà subi un infarctus du myocarde bénéficient tout particulièrement de l’effet préventif de leur compagnon à quatre pattes. Celles qui possèdent un chien présentent un risque moindre d’environ 30 à 80 pour cent de mort prématurée. C’est la conclusion à laquelle ont abouti des experts canadiens au terme de dix études portant sur près de quatre millions de participants.

(Voir suite ci-dessous...)

Vieillir en bonne santé

Vers le dossier
Activités avec un chien

Une vaste palette de possibilités s’offre à toutes celles et ceux qui souhaitent se dépenser à fond avec leur chien, à condition que ce dernier soit adapté à ces activités, qu’il soit entraîné avec ménagement, et y prenne aussi du plaisir.

  • Agility: différents obstacles à franchir avec habileté et rapidité
  • Dog Dancing: danser avec son chien
  • DiscDogging: jouer au frisbee avec son chien, avec toutes sortes d’exercices acrobatiques
  • Recherche de truffes et autres exercices de recherche: cette activité implique aussi de parcourir de longues distances
  • Canicross: course tout-terrain (cross country) en équipe avec son chien
  • Chiens d’attelage: le chien tire, par exemple, un vélo, ou plusieurs chiens tirent un traîneau ou un attelage. Un véritable défi, également pour le conducteur.

Le chien est-il vraiment à l’origine d’un tel effet?

Généralement, les propriétaires de chiens sont plutôt jeunes, mariés, et disposent d’un revenu élevé. Ces facteurs impliquent habituellement moins de solitude, un poids corporel plus bas et une consommation de cigarettes plus faible, autant de facteurs favorables pour la santé. 

Malgré tout, même en tenant compte de ces éléments, le chien reste bénéfique. Le fidèle ami de l’homme a un effet positif aussi bien sur son état physique que psychique. Vivre avec un chien peut réduire (légèrement) la pression artérielle et influencer positivement le taux de cholestérol et de glycémie.

Davantage de morsures, mais aussi plus de confiance en soi

Les chiens ne sont toutefois pas systématiquement bons pour la santé. En effet, les morsures sont plus fréquentes chez les propriétaires de chien, qui développent par ailleurs plus souvent des infections transmises par leur animal de compagnie comme, par exemple, l’échinococcose ou le ténia du renard. Par ailleurs, la formule «chien = poids corporel plus léger» ne vaut pas toujours, comme en témoignent des chercheurs japonais.

En revanche, le chien a un effet bénéfique sur la santé psychique: les propriétaires de chien souffrent moins de stress et d’anxiété. Non seulement les promenades avec un chien favorisent les contacts, mais sa présence renforce aussi la confiance en soi et amenuise le sentiment de solitude des personnes isolées.

Des lotissements favorables aux chiens

Yu-Tzu Wu et ses collègues déconseillent toutefois de recommander un chien à tous les seniors sur la base des résultats de ces études. En revanche, des résidences pour seniors adaptées aux chiens ou la pratique du dogsharing pourraient constituer une excellente opportunité d’amener les personnes âgées à bouger davantage.

Sources: «Journal of Epidemiology & Community Health», «Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes», «International Journal of Environmental Research and Public Health»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 08.11.2017, révisé le 09.12.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

S’entraîner à la maison: de manière polyvalente, flexible et mobile

Commencer maintenant
migros-fitness-at-home.jpg