Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Leur vie de végane

Ils ont décidé de supprimer complètement la viande et les produits laitiers de leur alimentation. L’aventure végane vous tente? Suivez les conseils de quatre célébrités qui ont franchi le cap.

Thomas Meyer (46 ans), auteur du «Formidable envol de Motti Wolkenbruch»

Thomas Meyer
Thomas Meyer

Il se sent mieux depuis qu’il s’est mis au régime végane: l’écrivain Thomas Meyer.

Photo: Blick

Depuis quand êtes-vous végane?
Depuis à peu près sept ans. J’ai commencé par ne plus manger de produits laitiers, puis plus de viande et finalement j’ai aussi renoncé aux œufs. 

Pourquoi?
Mon intolérance grandissante au lactose a été l’élément déclencheur. Un peu plus tard, je me suis engagé contre la fourrure dans la mode. Et quand on regarde des vidéos sur les fermes d’élevage d’animaux à fourrure, on tombe rapidement sur des vidéos d’abattoirs. Ça a été le coup de grâce pour moi.

Comment vit-on en tant que végane?
Parfaitement bien! Je me sens bien mieux physiquement. Je dois prendre de la vitamine B12 en complément, mais c’est un détail. Et je trouve toujours quelque chose à me mettre sous la dent, il y a de quoi faire dans n’importe quel restaurant. 

Votre entourage vous suit-il dans cette démarche?
Ma sœur a un régime alimentaire quasi-végane et mes parents achètent désormais volontiers des produits de substitution. Il y a peu de véganes parmi mes amis, mais ce n’est pas un sujet de discorde. Les débats en la matière sont absolument stériles, c’est une décision tout à fait personnelle.

Quel est votre plat végane préféré?
Des légumes au four avec du riz et de la sauce soja (découvrez d’autres idées de recettes véganes).

Votre pratique du véganisme se limite-t-elle à votre alimentation?
De manière générale, le véganisme implique de faire preuve du plus grand respect envers la nature, en renonçant par exemple aussi à acquérir de nouveaux produits en cuir. En revanche, acheter des articles en cuir d’occasion n’enfreint pas l’idéologie végane. Je recycle bien entendu autant que possible et j’utilise mes téléphones portables et ordinateurs jusqu’à ce qu’ils rendent l’âme. Réparer est aussi conforme aux préceptes véganes.

Quels conseils donneriez-vous à des débutants?
Je pense que c’est un peu comme le sport: il ne faut pas vouloir aller trop vite en besogne, mais au contraire se demander d’abord ce qu’on peut intégrer facilement dans son quotidien et ce à quoi on est prêt à renoncer. Quelqu’un qui décide de réduire sa consommation de viande de moitié et de n’acheter que de la viande de qualité a pour moi une attitude parfaitement végane. Si tout le monde le faisait, on aurait déjà beaucoup gagné.

Nora Jäggi, haltérophile (25 ans)

Nora Jäggi
Nora Jäggi

Végane, elle se sent plus forte: l’haltérophile Nora Jäggi de Bâle.

Photo: Benjamin Soland

Depuis quand êtes-vous végane?
Depuis bientôt trois ans.

Pourquoi?
J’ai réfléchi à ma consommation de viande et constaté que j’en mangeais beaucoup trop. J’ai regardé plusieurs documentaires à ce sujet sur Netflix et j’ai lu le livre «How Not to Die» sur le véganisme. Adopter une alimentation végane m’a ensuite semblé une évidence.

Comment vit-on en tant que végane?
Très bien! Je n’ai jamais eu l’impression de manger aussi bien que depuis que je suis passée au régime végane. Je me sens plus dynamique et j’ai plus d’énergie qu’avant. 

Votre entourage vous suit-il dans cette démarche?
Non, malheureusement pas. Mais mes proches se sont davantage intéressés au sujet. Ma mère est désormais végétarienne et mange essentiellement végane, et mon copain a lui aussi un régime à 80% végane. Je pense en tout cas que toute la famille a développé une certaine prise de conscience quant à la consommation de produits d’origine animale, même si elle ne l’a pas (encore) entièrement retirée de son assiette. 

Quel est votre plat végane préféré?
Un curry thaï vert aux légumes et au tofu avec du riz (découvrez d’autres idées de menus véganes).

Votre pratique du véganisme se limite-t-elle à votre alimentation?
Je ne prétendrais pas avoir un mode de vie entièrement végane. Mais au-delà de l’alimentation, je fais tout mon possible pour ne pas acheter de produits contenant des composants d’origine animale. J’exclus par exemple totalement les articles en cuir. J’essaie tant bien que mal de trouver une alternative. Quant aux produits en laine (une écharpe par exemple) ou en duvet (comme les vestes d’hiver), je les tolère s’ils sont recyclés. Je n’irais pas acheter une doudoune neuve. 

Quels conseils donneriez-vous à des débutants?
Lorsque je me suis mise au véganisme, l’important pour moi a été d’écouter mon intuition. La transition ne s’est donc pas faite du jour au lendemain. Ce qui m’a aidée, c’est de ne rien m’interdire, mais de commencer plutôt par m’alimenter de manière beaucoup plus responsable et si possible végane. J’ai ainsi supprimé progressivement les produits d’origine animale. Cela a si bien fonctionné pour moi que je le conseille également aux autres.

Ryan Regez, skieur freestyle (27 ans)

Ryan Regez
Ryan Regez

À la fin de la saison 2016/17, Ryan Regez s’est déchiré les ligaments croisés au cours d’une course. Depuis, l’athlète originaire de l’Oberland bernois est passé à une alimentation végane.

Photo: MÀD

Depuis quand êtes-vous végane?
Depuis juillet 2017.

Pourquoi?
À l’origine, mon choix a été motivé par l’aspect santé. Je voulais m’assurer la meilleure rééducation possible après ma blessure. J’ai donc essayé pendant trois semaines et je me suis de plus en plus renseigné. Trois ans se sont écoulés depuis. Aujourd’hui, je suis végane par respect des animaux et de l’environnement.

Comment vit-on en tant que végane?
Très bien, je me sens en forme et en bonne santé. Et en même temps, je protège l’environnement et les animaux.

Votre entourage vous suit-il dans cette démarche?
Oui, de plus en plus au fil du temps. Au départ, la plupart était sceptique mais entre-temps, certains essaient et finissent par adopter ce concept.

Quel est votre plat végane préféré?
Du tofu accompagné de riz et d’un curry de légumes.

Votre pratique du véganisme se limite-t-elle à votre alimentation?
Non, elle va au-delà et je l’applique dans tous les domaines possibles. Je n’achète par exemple pas de produits en cuir neufs comme des chaussures ou des ceintures. D’ailleurs, je me contente en général d’acheter le strict minimum.

Quels conseils donneriez-vous à des débutants?

Qu’ils me suivent sur Insta et consultent ma rubrique Highlights – et mon vidéo à ce sujet sur ma chaîne Youtube.

Lauren Wildbolz, cuisinière et auteure (39 ans)

Lauren Wildbolz
Lauren Wildbolz

Lauren Wildbolz adore se laisser inspirer par une abondance de légumes en tout genre.

Photo: Stevan Bukvic

Depuis quand êtes-vous végane?
Je suis végétarienne depuis 27 ans et végane depuis 12 ans.

Pourquoi?
Je suis devenue végétarienne par empathie pour les animaux. Lorsque j’avais une vingtaine d’années, j’ai beaucoup lu sur l’industrie alimentaire et compris de nombreux aspects de la production de nourriture. J’ai fini par passer au véganisme en raison de convictions écologiques, éthiques et politiques.

Comment vit-on en tant que végane?
Très bien, et la transition a été une expérience littéralement physique. Je m’en rends compte par exemple le matin: je débute toutes mes journées par une séance de yoga. Avant, j’avais pour habitude de boire un café au lait, mais j’ai découvert qu’il me privait de presque toute l’énergie que j’avais réussi à accumuler. Depuis que j’ai supprimé de mon alimentation les produits laitiers, l’énergie que me confère le yoga ne s’évapore plus. Et ma peau est plus belle. 

Votre entourage vous suit-il dans cette démarche?
Oui, certains de mes amis m’ont dit qu’ils étaient maintenant eux aussi véganes car ils avaient toujours si bien mangé chez moi. Mes ex-maris sont eux aussi tous passés au végétarisme ou au véganisme, et ma sœur est elle aussi récemment devenue végétarienne. Je laisserai le soin à ma fille de 6 ans de décider en toute conscience de la manière dont elle souhaite s’alimenter.

Quel est votre plat végane préféré?
Des légumes de saison délicatement cuits à la vapeur jusqu’à ce qu’ils soient al dente, par exemple du chou frisé, des bettes, des carottes ou des betteraves, assaisonnés d’un filet d’huile d’olive, d’un trait de jus de citron et de sel. Un délice!

Votre pratique du véganisme se limite-t-elle à votre alimentation?
Elle va au-delà: j’ai par exemple remplacé tous mes produits de maquillage et j’essaie aussi de renoncer aux produits d’origine animale en ce qui concerne les vêtements et les chaussures. 

Quels conseils donneriez-vous à des débutants?
Je recommande à chacun de goûter à l’univers des saveurs véganes et de se demander ce qu’on aime. Dans la cuisine végane, de nombreux produits ont exactement le même goût que les produits conventionnels. L’important est de veiller à une alimentation variée riche en légumes, en fruits, en fruits à coque, en céréales, en graines et en oléagineux. Il faut aussi prendre de la vitamine B12 en supplément, car elle est absente du règne végétal.

de Claudia Vogt,

publié le 16.12.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Migros s'engage avec Pink Ribbon contre le cancer du sein

En savoir plus
pink-ribbon.jpg0