Fermer

Vivre plus sainement?

Clean Eating – de vieux principes alimentaires sous un nouvel emballage

Sur les réseaux sociaux, la philosophie du «manger propre» est tendance depuis longtemps. Mais en quoi consiste exactement ce concept nutritionnel?

À quoi pourriez-vous renoncer le plus facilement?

Evaluation
Retour à la question

À quoi pourriez-vous renoncer le plus facilement? ( Participants)

%
%
%

Le Clean Eating, que l’on peut traduire littéralement par «manger propre», signifie avant tout se nourrir uniquement des aliments «au naturel». Tout ce qui a été transformé de façon industrielle est interdit. On renonce donc au fast-food, aux plats préparés, à la farine fleur, au sucre raffiné, aux exhausteurs de goût ainsi qu’aux colorants et aux édulcorants.

Des produits frais, de saison et régionaux

Les «Clean Eaters» achètent de produits de saison et de la région, et ils se mettent le plus possible aux fourneaux. Ils misent sur les légumes, les fruits, les produits céréaliers complets, les fruits à coque, les graisses végétales, le poisson, la viande, les œufs et le lait. Si cela vous paraît familier, vous ne vous trompez pas. Dès les années 1980, «l’alimentation intégrale» lançait une nouvelle tendance basée sur les mêmes principes.

Toutefois, de nouvelles denrées comme les smoothies, les «overnight oats» (flocons d’avoine mis à gonfler pendant toute la nuit et consommés le lendemain avec un fruit) et les «bowls» (plats joliment dressés dans des bols avec beaucoup d’aliments frais) donnent un coup de jeune à cette alimentation intégrale quelque peu «empoussiérée». L’inspiration venue de la cuisine de l’Asie de l’Est apporte aussi une nécessaire touche d’exotisme.

L’alimentation des stars de Hollywood

Tosca Reno, pionnière du Clean Eating aux États-Unis, a su capter l’esprit de son époque en 2007. Cette Américaine était à la recherche, pour elle-même, d’une méthode saine et aisément applicable pour perdre du poids. Aujourd’hui, elle compte de nombreux imitateurs, dont les plus célèbres sont des stars comme Nicole Kidman, Angelina Jolie et Halle Berry. Sous le hashtag #CleanEating, l’application Instagram compte plus de 37 millions de contributions. (poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Autres inspirations susceptibles de vous intéresser

Des théories dénuées de preuves scientifiques

Le Clean Eating permettrait non seulement de perdre du poids, mais aussi de soulager maux de tête, troubles du sommeil, inflammations, dépressions et de remédier à la cellulite. Et c’est là que se situe le danger: armés de connaissances superficielles, les «gourous du Clean Eating» se livrent souvent à des spéculations sur le métabolisme. Ainsi, Tosca Reno affirme que rien ne va lorsque l’on saute le petit-déjeuner, car notre cerveau a été privé de glucose pendant toute la nuit.

Il s’agit d’une contrevérité prouvée. Notre cerveau reçoit du glucose en permanence. Si nous ne mangeons rien, notre organisme fait appel aux réserves de glucose présentes dans le foie et les muscles. Lorsque celles-ci sont épuisées, il s’attaque aux réserves de protéines et de graisse. Les personnes ne souhaitant pas prendre de petit-déjeuner ne doivent donc pas se sentir obligées de le faire. Telles sont les connaissances correspondant à l’état actuel de la science.

Attention aux excès

Les experts mettent également en garde contre cette nouvelle tendance. En effet, il peut arriver que le souhait d’une alimentation «propre» se transforme en véritable addiction. Les médecins parlent ici d’«orthorexia nervosa», ou d’orthorexie, soit l’obsession de s’alimenter sainement. Par ailleurs, certaines règles alimentaires deviennent de plus en plus strictes: pas de gluten, pas de lactose, etc., ce qui peut, dans le pire des cas, conduire à des carences.

Des principes alimentaires raisonnables

Le Clean Eating est une philosophie de vie et non pas un concept de régime. En misant sur des aliments frais, non transformés et complets, on opte déjà pour une solution saine. L’alimentation est alors presque automatiquement peu grasse, peu calorique, mais riche en fibres, en vitamines et en sels minéraux. Et si en plus de cela, on se nourrit avec des produits saisonniers et régionaux, si l’on renonce aux aliments emballés et sous plastique, on peut améliorer son empreinte carbone, ce qui fait également partie du concept.

de Claudia Vogt,

publié le 09.04.2018


Cela pourrait également vous intéresser: